RMC Sport

Grenier : « Très très loin de Juninho »

Clément Grenier

Clément Grenier - -

Exclu RMC Sport. Auteur d’une fin de saison exceptionnelle avec Lyon, Clément Grenier a honoré sa première sélection mercredi face à l’Uruguay (1-0). Avant d’affronter le Brésil, dimanche, il est revenu en exclusivité pour RMC Sport sur ses premiers pas en Bleu, et son maitre en matière de coup franc, le Brésilien Juninho.

Sa première sélection contre l’Uruguay

« Entrer dans un match n’est jamais évident. Pour une première, ce qui compte, c’est toujours le résultat. Malheureusement, on n’a pas pu gagner. J’aurais préféré que ça se termine avec une victoire. Quand je suis sur le terrain, j’ai toujours envie de gagner. Quand j’ai perdu, je ne suis jamais très satisfait. C’est une première, c’est vrai. Il faut savourer et relativiser. Mais quand on est sur le terrain, on a toujours envie de gagner. »

Le Brésil, un avant-goût de Coupe du monde

« Peut-être. J’ai vraiment envie de savourer, de montrer mes qualités. La Coupe du monde n’est que dans un an. Enormément de choses vont se passer d’ici-là. Il faut rester concentré sur l’objectif présent, c’est-à-dire m’exprimer le mieux possible. Comme en club. Mais faire une compétition avec les A, ce serait magique. »

Ses premiers pas dans le groupe

« Tout se passe super bien. Il y a un super accueil de la part de tout le monde. C’est ce à quoi je m’attendais, donc c’est cool. J’ai la chance de connaître pas mal de joueurs du groupe avant d’être sélectionné. Se retrouver ici est très enrichissant. Bafé (Gomis) est très généreux sur le terrain mais aussi en dehors. Il nous aide beaucoup, Alex (Alexandre Lacazette) et moi. Hugo (Lloris), que j’ai connu à Lyon, aussi. »

La comparaison avec Juninho

«"Juni" restera pour moi le meilleur tireur de coup franc au monde. Je suis très, très, très loin de son niveau. Ses stats sur coups de pied arrêtés à Lyon sont exceptionnelles. En France, on aime bien comparer. J’essaie de m’inspirer des plus grands. Je regarde énormément de vidéos à la maison. A Lyon, j’ai eu la chance d’avoir côtoyé Juni de loin, même j’étais au centre de formation. Je me suis rendu compte qu’il fallait beaucoup travailler pour atteindre son niveau. J’ai aussi la chance d’avoir avec moi des personnes comme Joël Bats qui l’ont connu et qui me donnent des conseils. »

Son avenir

« Je suis en stage en Uruguay et au Brésil. Ça me fait du bien d’être loin de la France car j’ai entendu tout et n’importe quoi à mon sujet. Je ne peux pas répondre à tout le monde. J’ai envie de savourer ces dix jours de stage. On verra mon avenir après la sélection, pendant mes vacances. »

A lire aussi :

Paulo Cesar : « Neymar a une énorme pression »

Larqué : « La France a des joueurs moyens »

Le défi de Falcao

Propos recueillis par Jérôme Sillon