RMC Sport

"Il était au-dessus des autres", le magnifique hommage de Platini à Giresse

Invité ce mercredi de RMC à l’occasion de la sortie de sa biographie "Né pour jouer", Alain Giresse a eu droit à un bel hommage de la part de son ami et ancien coéquipier chez les Bleus Michel Platini, avec qui il a remporté l'Euro 1984.

Ils ont écrit ensemble quelques-unes des plus belles pages du football tricolore. Figures emblématiques de l’équipe de France championne d’Europe 1984 et demi-finaliste des Mondiaux 1982 et 1986, Alain Giresse et Michel Platini ont accepté de partager leurs souvenirs communs ce mercredi sur l’antenne de RMC.

"On a dû se rencontrer avec Alain sur un terrain de football, mais l'un contre l'autre. Après, je crois que l'on a passé un peu de temps ensemble lors de la tournée de l'équipe de France en 1977 au Brésil et en Argentine", s’est remémoré Michel Platini, avant de revenir en longueur sur le fameux carré magique qu’il a composé avec Alain Giresse, Bernard Genghini et Jean Tigana, et qui a tant régalé les supporters sous les ordres de Michel Hidalgo. Une certaine idée d'un football souriant et d'une approche résolument tournée vers l'offensive.

"Si on refait l'histoire, je pense que c'était d'abord un trio magique, ça avait commencé avec Giresse, Genghini et moi-même, a détaillé Michel Platini. Ça c'était contre la Hollande (2-0, le 18 novembre 1981), et ensuite pendant la Coupe du monde (1982), Tigana s'est imposé. Michel Hidalgo a mis quatre joueurs: Tigana, Giresse, Genghini et moi, on a fait 1982 comme ça. Ensuite, en 1984, Luis Fernandez est arrivé, et Hidalgo a mis Luis à la place de Genghini, et de temps en temps Genghini a joué, notamment contre la Belgique, où Luis s'est retrouvé arrière droit. Maintenant, si vous me dites "quel est le carré magique?", je ne réponds pas! Qu'ils se débrouillent entre eux! On n'avait pas besoin de défendre avec les grands défenseurs que l'on avait." Invité à l’occasion de la sortie de sa biographie "Né pour jouer" (éditions Robert Laffont), Alain Giresse a ensuite eu droit à un magnifique hommage de la part de son ami Michel Platini.

"On avait la même philosophie de jeu"

"Alain Giresse était un super joueur, vif, avec une bonne technique, qui jouait la tête droite, et qui voyait absolument tout le jeu, qui jouait pour l'équipe, comme il jouait pour faire marquer des buts. Il avait toutes les qualités nécessaires pour être meneur de jeu, mais aussi un buteur à sa façon, avec son style, son gabarit, il était au-dessus des autres. Comme homme, il en imposait par sa présence, pas forcément par ses paroles. On avait une bande d'introvertis, et une bande d'extravertis. Les introvertis comme Manu (Amoros), comme (Dominique) Rocheteau, comme (Patrick) Battiston, et les extravertis comme Luis Fernandez, et les gens normaux comme Giresse. C'était la personne normale, qui faisait du bien à tout le monde, un coéquipier merveilleux", a développé l’ancien chef d’orchestre de l’équipe de France. Lorsqu'ils ont été associés en sélection pour la première fois, certains pensaient pourtant qu’ils seraient incompatibles, qu’ils auraient tendance à se marcher dessus.

"Ça n'a pas été simple pour Alain, on nous a souvent mis en concurrence, s’est rappelé Michel Platini. Michel Hidalgo l'avait compris, on s'est sacrifiés chacun de son côté pour aider l'autre à mieux jouer. Giresse s'est souvent exporté sur le côté droit, quand il fallait le faire je le faisais. On avait la même philosophie de jeu, celle que nous transmettait Michel Hidalgo, qu'il avait, pour qu'on puisse tous être unis. On se connaissait très peu, on a appris à se connaître, il fallait faire les efforts tous ensemble, c'est ce qu'on faisait, et ça nous rendait très forts." Quand beau jeu rimait avec efficacité.

RR