RMC Sport

Knysna: Sagna tacle la "mentalité française" et le traitement des médias

Dans un long entretien donné à So Foot, Bacary Sagna est revenu sur le fiasco de Knysna. L'ancien latéral droit des Bleus n'a pas digéré le traitement de la presse française, convaincu qu'elle était "contre" la sélection de Raymond Domenech.

Le naufrage de Knysna occupe encore son esprit. Onze ans après, Bacary Sagna n’a rien oublié de ce qui est considéré comme le plus grand fiasco du football français. Dans une longue interview accordée ce mercredi au site de So Foot, l’ancien latéral droit d’Arsenal et Manchester City raconte comment il a vécu l’élimination des Bleus dès le premier tour à la Coupe du monde 2010, le clash Raymond Domenech-Nicolas Anelka ou encore la grève des joueurs avec le célèbre épisode du bus.

"La fédération était au courant de ce non-entraînement. On est descendus de nos chambres sans crampons... Il ne faut pas avoir inventé l’eau chaude pour comprendre qu’on n'allait pas s’entraîner. (…) Petit à petit, ils montent dans le bus et essaient de nous persuader de descendre. A ce niveau-là, ils nous avaient lâchés, donc on les a lâchés. Tout était remis en cause: «Pourquoi on descendrait alors que vous, vous avez lâché Nico? Vous ne l’avez même pas protégé, vous avez fait venir la presse... Pourquoi? Pourquoi sommes-nous des bêtes de foire?»", se remémore Sagna.

Il tacle "la mentalité française"

Il regrette également le climat de tension extrême qui entourait l’équipe de France avant même le début du Mondial sud-africain, notamment après la main de Thierry Henry contre l’Irlande.

"On avait tout le temps cette chose qui revenait: «Vous ne méritez pas, vous vous êtes qualifiés dans des conditions bizarres...» Malheureusement, c’est la mentalité française. Les gens ne sont jamais contents, ils ne veulent pas le succès des autres. C’est pourquoi je n’habite pas en France, aujourd’hui. Il y avait main, et alors? Regarde la manière dont Titi a été traité... Dans n’importe quel pays, ce serait une star, juste pour ce geste", avance-t-il.

L’ex-Auxerrois estime même que la presse française avait décidé de se poser en "ennemie" des Bleus. "Tu penses vraiment qu’elle voulait qu’on fasse une belle Coupe du monde? Ce n’est pas possible. Elle était contre nous avant même le Mondial. Ils ont tout fait pour répandre la zizanie dans l’équipe", affirme Sagna, convaincu que les médias ont "envenimé" l’histoire de l’accrochage entre Domenech et Anelka dans le vestiaire à la mi-temps du match contre le Mexique (défaite 2-0).

RR