RMC Sport

La L1 ne s’en fait pas pour Benzema

Karim Benzema

Karim Benzema - -

Toujours muet en sélection, Karim Benzema cristallise de plus en plus d’interrogations à son égard. Mais pour les techniciens de Ligue 1, pas de doute : l’attaquant du Real Madrid va bien finir par retrouver le chemin des filets.

1156 minutes sans marquer de but sous le maillot bleu de l’équipe de France. Soit presque 20 heures. Ou une journée entière, à quelques heures près, à courir sur un terrain de football sans faire trembler le chemin des filets. Karim Benzema en est là, aujourd’hui, en sélection tricolore. L’attaquant du Real Madrid avait des jambes, mercredi soir, face à la Belgique. Mais il lui a manqué des bons ballons, d’abord, puis de la spontanéité ensuite, et de la réussite, enfin, pour tourner le dos à cette vilaine série. Un tacle de Kompany alors que le ballon qui lui était adressé n’attendait plus que ses crampons pour être transformé en but. Un contrôle du genou mal assuré au moment de défier Thibaut Courtois… Benzema n’a jamais pu tourner la bonne clé pour marquer.

La Ligue 1 n’a pas manqué une miette du Belgique-France de mercredi soir. Comme René Girard, présent dans les tribunes du stade du Roi Baudoin. « Ça allait d’un côté, de l’autre et de temps en temps c’était décousu mais c’est logique. Benzema ? C’est un problème récurrent aujourd’hui, estime le nouvel entraîneur de Lille. On va revenir toujours sur lui. C’est comme ça, il a une occasion et il peut marquer un but. C’est paradoxal parce que c’est un garçon qui met des buts à Madrid. Aujourd’hui en équipe de France, sous un air peut-être de nonchalance, il n’a pas la confiance requise et nécessaire pour un attaquant international ».

Girard : « Pas un pour rattraper l'autre »

Pour son homologue de Saint-Etienne, Christophe Galtier, c’est peut-être le positionnement de Benzema qui le gênerait aujourd’hui. « Moi j’adorais Karim quand il était excentré et qu’il venait finir à l’intérieur, confie le guide des Verts. Mais ça, c’est la volonté du joueur. Il joue dans un autre registre au Real. Moi, j’ai adoré le Karim que j’ai connu à Lyon, capable d’être sur un côté, capable de s’appuyer sur un point de fixation pour aller finir des actions. Tout comme Aubameyang le faisait chez nous. »

Pour autant, faut-il s’inquiéter pour l’ancien Gone ? « Je pense que ça doit l’énerver, c’est un compétiteur, poursuit Galtier. Mais comme il l’a dit, ça va venir, il n’y a pas de raison. » René Girard refuse également d’en faire une montagne. Et va plus loin dans sa réflexion. « Je ne suis pas inquiet. Je parle en technicien… au lieu de faire une fixation sur un joueur, il faut regarder autour parce qu’on a Ribery à gauche, Payet à droite ou Valbuena. Je pense qu’on a du monde. La seule inquiétude peut-être, c’est qu’il n’y en ait pas un pour rattraper l’autre. Je crois que dans une équipe, quand un ne marque pas, un autre doit marquer à sa place. » Et décharger – un peu – Benzema de ce mutisme qui devient de plus en plus long.

A lire aussi

Courbis : « Quand est-ce que je serai rassuré »

Belgique-France : un nul et des questions

Belgique-France : les notes

A.D avec E.J et J.Bo