RMC Sport

Larqué : « Il faut que ça serve de leçon »

Jean-Michel Larqué

Jean-Michel Larqué - -

Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC Sport, estime que la belle victoire des Bleus face à l’Ukraine (3-0) doit leur offrir une bonne base de travail pour préparer la Coupe du monde au Brésil.

Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC Sport, a apprécié la victoire des Bleus face à l’Ukraine, ce mardi, en barrage retour de la Coupe du monde (3-0). Un succès qui efface la défaite à Kiev et qui offre à la France son billet pour le Brésil (2-0). « Il fallait faire de très bons matchs pour se qualifier. Le premier avait été manqué. Il fallait le rattraper en faisant un match exceptionnel. On l’a eu. Tout ce qui n’avait pas marché pour les Bleus à Kiev a été de leur côté ce soir. C’est l’extraordinaire incertitude du football. Comment à quatre jours d’intervalle on peut voir une telle différence de niveau. Il n’y a que le football qui peut procurer de telles émotions. Il faut que ça serve de leçon.

Dans le football, il y a des vertus incontournables. Il faut jouer en équipe. Il y a des impondérables, d’accord, mais il y a des arguments qu’il faut mettre sur le terrain. Ce match doit servir de référence. Ensemble, on est quand même beaucoup plus fort. Je n’ai pas envie de mettre en avant la performance des uns ou des autres. A l’aller, Didier n’était pas en grande forme, il n’avait pas fait les bons choix, à tel point qu’il a fait cinq changements pour ce match retour. Là, il était en forme. »

« Ne pas s'enflammer »

« Mais c’est absolument ahurissant de voir comment on peut passer du pôle Nord ou pôle Sud en l’espace de quelques jours. J’étais un peu sceptique. Mais tout peut arriver. Il ne faut pas oublier ce qui a marché et ce qui n’a pas marché afin d’en tirer le meilleur pour le football français. Au travers de ce match, les Bleus doivent être persuadés qu’ils sont porteurs d’un espoir pour beaucoup de gens. Pour la Coupe du monde, on part de loin. Mais on a six bons mois pour la préparer. Il faut qu’on reste lucide et qu’on ne s’enflamme pas. »

A lire aussi :

>> France-Ukraine : Le Brésil au bout de l’exploit

>> Le jour de gloire de Sakho

>> Varane : « Un soulagement »

Jean-Michel Larqué