RMC Sport

Le grand gagnant, c’est Martin !

Marvin Martin

Marvin Martin - -

La tournée en Europe de l’Est terminée, les Bleus vont pouvoir partir en vacances l’esprit tranquille, forts de leurs succès consécutifs en Ukraine (4-1) et Pologne (0-1). L’heure est au bilan et à la distribution des bons et des mauvais points.

Ceux qui ont marqué des points

« Il y a des enseignements individuels très positifs », a reconnu Laurent Blanc après le succès en Pologne. Le sélectionneur pensait évidemment au Sochalien Marvin Martin, au Lorientais Kévin Gameiro et au milieu gauche de Wigan Charles N’Zogbia. Tous trois ont inscrit lors de cette tournée en Europe de l’Est leur premier but en sélection (deux pour Martin) et ont incarné le culot réclamé par l’ancien entraîneur de Bordeaux. Moins spectaculaire, Younès Kaboul a aussi fêté ses débuts en Bleu par un but et montré en Ukraine de vraies aptitudes au niveau international. Enfin, Florent Malouda et Patrice Evra ont fait le job. Le premier, buteur à Donetsk, s’est très bien adapté à son poste de milieu droit. Le second a affiché son sérieux et a joué un vrai rôle de guide auprès des jeunes Bleus.

Ceux qui en ont perdu

S’il « se sent bien » dans le groupe, Guillaume Hoarau n’a toujours pas inscrit le moindre but en Bleu. Sa cinquième sélection a été sans saveur et creuse un peu plus le fossé qui le sépare de Benzema et Gameiro. Après sa bourde en Ukraine, Steve Mandanda a pratiquement réduit à néant ses chances de bousculer la hiérarchie au poste de gardien de but. Yohan Cabaye et Blaise Matuidi n’ont pas apporté le dynamisme attendu, probablement dû au contrecoup d’une saison éprouvante pour le Lillois. Même chose pour Franck Ribéry, aligné à gauche pourtant mais qui manquait clairement de temps de jeu. Dans le même registre, Jérémy Ménez et Loïc Rémy n’auront pas fait mieux, malgré chez le Marseillais plus d’envie que chez le Romain. Irrésistible avec le PSG, Mamadou Sakho n’a jamais réussi à se lâcher. Bien meilleur en Ukraine qu’en Biélorussie, il est encore loin du compte international. Décevant à Minsk, plus à son aise à Varsovie, Alou Diarra a soufflé le chaud et le froid. Cela peut-il menacer son statut de capitaine ? Son brassard n’a pas été « officialisé » par Blanc…

Ceux qui sont stables

En souffrance en Biélorussie, Eric Abidal a rayonné en charnière centrale jeudi soir contre la Pologne. Sa prestation aux côtés de Kaboul puis Rami a effacé son malheureux but contre son camp six jours plus tôt. Rami, justement, s’est bien repris à Varsovie après sa faible prestation de Minsk. Pas irréprochable sur le but biélorusse, Hugo Lloris a profité de la sortie ratée de Mandanda et celle sans relief de Cédric Carrasso pour asseoir son leadership. Yann M’Vila et Samir Nasri n’ont pas marqué les esprits. Ils n’ont pas déçu non plus même si Blanc attend mieux d’eux. Mathieu Valbuena s’est bien comporté face aux Polonais mais reste toujours un joker dans l’esprit du sélectionneur. Derrière lui, Bacary Sagna et Anthony Réveillère ont tenu leur rang. Même sans avoir marqué contre les Biélorusses, Karim Benzema a confirmé, par sa justesse technique, qu’il était bien l’avant-centre numéro un des Bleus. De retour de blessure, Abou Diaby n’a pas montré son meilleur visage durant cette tournée. Mais le joueur d’Arsenal garde toute la confiance de Laurent Blanc.