RMC Sport

Mandanda : « Je préfèrerais être numéro un… »

-

- - -

Face à l’Ukraine ce lundi (20h45), le gardien de l’OM va fêter sa 14e sélection avec l'équipe de France, lui qui n’a plus joué avec les Bleus depuis plus d’un an. L’occasion de marquer des points, même si Lloris reste pour l’instant le titulaire.

Steve, savez-vous si vous allez démarrer face à l’Ukraine ?

Le coach ne vous a rien dit (rires) ? J’ai été prévenu hier (samedi) que je devais commencer la rencontre, en effet.

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette rencontre ?

Très bien. Je suis content de pouvoir jouer. Cela faisait un an que je n’avais pas joué avec les Bleus (depuis le match face au Costa Rica en mai 2010, ndlr). Je prends ça avec énormément de plaisir. Il faudra être sérieux et concentré. L’équipe reste sur une bonne dynamique de résultats. Il faudra continuer dans cette voie-là. La hiérarchie a été établie. Le coach l’a dit. Je prends ce qu’on me donne. Après, ce sont les performances qui décideront.

Craignez-vous que les nombreux changements au sein du onze tricolore aient des répercussions sur le niveau de l’équipe ?

Je ne l’espère pas. Il va falloir démontrer que l’équipe de France, c’est un groupe et pas onze ou douze joueurs. Je ne vois pas pourquoi cela ne se passerait pas bien.

Allez-vous récupérer le brassard de capitaine, comme à l’OM ?

Non. Ça ne me poserait pas spécialement de problème, bien au contraire. Mais je ne suis au courant de rien. Rien n’a été défini.

Que connaissez-vous de l’Ukraine ?

Pour être honnête, je ne sais pas grand-chose. Je ne connais pas le sélectionneur (Oleg Blokhine, Ballon d’Or 1975 et légendaire footballeur soviétique, ndlr). Je ne suis pas trop l’actualité. Mais je connais Shevchenko.

N’est-ce pas un manque d’ambition de votre part de ne pas revendiquer la place de numéro un, actuellement occupée par Hugo Lloris ?

Non, ce n'est pas un manque d'ambition. Je suis réaliste. Oui, j’aimerais jouer. Oui, je préférerais être numéro un. Mais il y a une hiérarchie qui a été établie. C’est comme ça. Le groupe est plus important que mon cas personnel.

Suivez-vous l’actualité de l’OM ?

Non, je ne suis pas l’actualité. Je n’ai pas internet. Mon téléphone ne capte pas…