RMC Sport

Mangala, le petit défenseur qui monte

Eliaquim Mangala

Eliaquim Mangala - -

Titularisé pour la première fois en Bleu lors de la tournée estivale, Eliaquim Mangala a retrouvé l’équipe de France, qui affronte la Géorgie et la Biélorussie en éliminatoires de la Coupe du monde. Encore une étape de franchie pour le joueur de Porto.

Arrivé chez les Bleus sur la pointe des pieds lors de la tournée sud-américaine du mois de juin, Eliaquim Mangala n’est certainement pas le plus médiatique des Tricolores. Il s’en est pourtant fallu d’un cheveu qu’il devienne, à 22 ans, le deuxième joueur français le plus cher de l’histoire derrière Zinedine Zidane (75 millions d’euros). Manchester City, en quête d’un défenseur central à la suite de la blessure de Vincent Kompany, était ainsi prêt à lâcher 45 millions d’euros pour l’acquérir cet été. Avant que le transfert ne capote, laissant dans un relatif anonymat ce néo-international, qui a déjà suffisamment grillé les étapes comme ça.

La saison dernière, il avait profité des blessures de deux coéquipiers pour gratter une place de titulaire chez les Dragons. Il ne la lâchera plus. Ultra-solide en charnière centrale, il agrémente ses prestations de… sept buts, qui en font le quatrième meilleur réalisateur de l’équipe. De quoi devenir un des chouchous de l’Estadio do Dragao et taper dans l’œil de Didier Deschamps. Voilà donc cet ancien du Standard de Liège propulsé titulaire en amical contre l’Uruguay, en juin dernier (0-1). Et logiquement reconduit dans le groupe, à l’heure d’affronter la Géorgie et la Biélorussie, avec cette fois un enjeu bien réel.

Mangala : « Mettre la pression sur l

Et même si ses chances de disputer ne serait-ce qu’une minute de jeu dans les éliminatoires de la Coupe du monde sont infimes, son discours est celui d’un homme impliqué, rêvant sans doute aussi d’un destin brésilien: « On va tout faire pour mettre la pression sur l'Espagne (1ère du groupe I avec un point d’avance sur la France, ndlr). Dans ce genre de sprint final, c'est toujours important, même si on va d'abord se concentrer sur nous. A nous de faire le maximum et on verra ». Un précepte qui lui a, jusqu’à présent, toujours réussi.

« La tournée m'a permis de découvrir le niveau international et m'a donné encore plus d'envie de me battre à l'entraînement pour pouvoir gagner ma place, ça donne la patate, confie-t-il avec enthousiasme. J'ai appris, tu vis l'ambiance, tu côtoies d'autres joueurs et tu apprends pas mal de choses aussi sur l'aspect tactique. » Pour son baptême à Clairefontaine, Mangala prend ce qu’il y a à prendre. Plus heureux que jamais d’avoir éconduit les Fédérations belge et congolaise, qui lui faisaient les yeux doux de longue date.

A lire aussi :

- Mangala : « Mon rêve était de jouer pour la France »

- EN VIDEO - Le but de Mangala avec Porto

- Deschamps : « Mangala et Guilavogui ? Me projeter dans l’avenir »

A.T. avec J.S.