RMC Sport

Pedretti : « J’ai envie de retrouver l’équipe de France »

Benoît Pedretti

Benoît Pedretti - -

Invité du Mercato Show, le capitaine auxerrois a abordé la saison à venir avec l’AJA. Benoît Pedretti a également précisé qu’il ne perdait pas de vue l’équipe de France.

Benoît Pedretti, avez-vous eu des propositions pendant l’intersaison ?
En fait, je n’ai pas eu de proposition concrète. J’ai juste eu une possibilité avec un bon club français, mais conditionnée par le départ d’un joueur. Pour le moment, rien n’est fait. Mais, je suis bien à Auxerre avec de grands objectifs cette saison. L’année dernière, on a profité de la défaillance des grosses écuries. On espère passer le tour préliminaire en Ligue des Champions, décrocher une place dans le top 10 en Ligue 1 et faire un coup en coupe.

Comment se passe l’intégration d’Anthony Le Tallec, la principale recrue offensive de l’AJA ?
Il a beaucoup de talent et une grosse qualité technique. Il est très fort dos au but et en plus il sait marquer. Il va nous aider à davantage construire notre jeu et à plus passer par les côtés. On est sans doute encore un peu juste en termes d’effectif pour jouer sur tous les tableaux. On parle en ce moment d’un joueur comme Obraniak qui serait un gros plus pour nous. S’il pouvait venir, on serait tous très heureux.

« La grève des Bleus ? Difficile de juger »

Vous pensez à l’équipe de France ?
L’envie de retrouver l’équipe de France a toujours été là. J’ai toujours essayé d’être le meilleur possible sur le terrain, maintenant des choix sont faits par le sélectionneur, il faut les respecter. Toutes les conditions sont réunies pour que je sois plus exposé. On joue la Coupe d’Europe et on vise les premières places avec Auxerre. Mais il y a beaucoup de joueurs de qualité à ce poste de milieu de terrain. Donc ça sera compliqué.

Votre avis sur la grève des Bleus, en tant que capitaine de l’AJA ?
C’est difficile de juger aujourd’hui. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé. Les joueurs continuent d’assumer, et même si ce n’était pas forcément bien de le faire, personne ne se désolidarise en dehors du terrain. C’est déjà ça.