RMC Sport

Sakho, l’heure de vérité !

Mamadou Sakho sous le maillot du PSG

Mamadou Sakho sous le maillot du PSG - -

Déjà pilier du PSG, le jeune défenseur va vivre sa première titularisation sous le maillot bleu face à la Biélorussie ce vendredi (20h45). Une étape importante pour un joueur considéré comme l’un des grands espoirs du football français.

On a l’impression de le voir évoluer depuis si longtemps qu’on en oublie parfois l’essentiel. Mamadou Sakho n’a que 21 ans. Un âge d’habitude antinomique du mot « responsabilités ». Mais Mamadou n’est pas un jeune comme les autres. Débarqué en Ligue 1 en octobre… 2007, Sakho affiche déjà 102 matches dans l’élite au compteur. De quoi emmagasiner de l’expérience.

Un profil de « jeune vieux » qui colle bien au jeu du roc (1,87 m pour 82 kg) de la défense du PSG, fait de relances propres et de sérénité dans les gestes. Devenu un pilier du club parisien, Sakho est promis à un avenir brillant. Avec Paris comme avec les Bleus. Claude Makelele évoque souvent le potentiel hors normes de celui qu’il a côtoyé ces trois dernières saisons à Paris : « Quand je le vois jouer, je pense à Marcel Desailly au même âge… » Flatteur. Mais dur à assumer. Même si la pression semble couler sur les épaules d’un Mamadou qui va prendre la succession de Makelele comme capitaine du PSG la saison prochaine.

Blanc : « Il est travailleur et à l’écoute »

Cette pression, « Kirikou » (son surnom, rapport à sa coupe de cheveux) devrait tout de même la ressentir un peu ce vendredi. En l’absence de Philippe Mexès, blessé, Laurent Blanc va lui faire confiance pour accompagner Adil Rami en défense centrale face à la Biélorussie, ce vendredi (20h45), en match éliminatoire de l’Euro 2012. Une première titularisation pour sa troisième sélection, preuve de toute la confiance accordée par un Blanc qui le convoque régulièrement depuis sa prise de fonction. « C’est quelqu’un qui est travailleur, attentif, à l’écoute, explique le sélectionneur. Il est déjà titulaire dans son club et il a une marge de progression très importante. Il a progressé dans l’anticipation, dans la vision du jeu et au niveau de sa relance. Il va avoir à confirmer la saison qu’il vient de faire mais il en a le potentiel. »

A écouter « Lolo », on dirait même qu’il se retrouve un peu dans Mamadou : « Avec le ballon, il cherche à bien relancer, ça ne peut que me plaire. » Son jeu séduit. Son attitude aussi. A une époque où la jeunesse se croit souvent trop vite arrivée, l’humilité façon Sakho mériterait de faire des émules. Même à l’heure de commenter sa première titularisation en Bleu, Mamadou la joue profil bas : « Je le prends comme si c’était ma première sélection. Je suis encore jeune et je suis là pour apprendre. »

Même discours politiquement correct pour évoquer la blessure de Mexès qui lui donne sa chance : « Je lui ai laissé un petit message de soutien sur mon site Internet. C’est un joueur très important dans l’équipe. » Qualités de jeu phénoménales. Humilité et respect du collectif. La valeur n’attend pas le nombre des années. N’est-ce pas, Mamadou ?

Alexandre Herbinet (avec L. B. à Clairefontaine)