RMC Sport

Toulalan, généreux donateur…

Jérémy Toulalan

Jérémy Toulalan - -

Le milieu de terrain lyonnais a demandé à la Fédération française qu’elle reverse les 107.000 euros de sa prime pour la Coupe du monde 2010 au club d’un petit village breton, Plougonven. Une somme considérable, qui permettra le développement de projets pour les 200 licenciés.

Plougonven, un village breton de 3.200 habitants à côté de Morlaix, entre Saint-Brieuc et Brest. Une maison à côté du stade. Ses propriétaires seront peut-être des spectateurs discrets dans deux semaines, quand le petit club de première division de district recevra le leader de sa poule. Leur petit-fils, en revanche, est loin d’être un inconnu. Son nom ? Jérémy Toulalan, sur le point de faire un beau cadeau aux 200 licenciés du club, parmi lesquels 110 enfants. Le milieu de terrain de l’équipe de France et de Lyon, qui avait participé à la grève de Knysna il y a près de dix mois, a demandé à la Fédération française qu’elle reverse sa prime de la Coupe du monde 2010 à la JUP, la Jeunesse Unie de Plougonven.

« Ça fait plusieurs mois qu’on est en contact avec son père, explique Jean-Michel Kervarrec, le co-président du club. On savait que Jérémy pensait à nous. Dans son enfance, il n’a passé que deux ans dans un petit club, où il n’a plus beaucoup d’attaches, avant d’aller directement au FC Nantes. Mais son grand-père a joué à Plougonven. Ils ont une maison près du stade. » Un lien affectif qui va avoir une heureuse conséquence. Le club se retrouvera dans quelques semaines à la tête d’un pécule inespéré de 107.000 euros.

« L’impression d’avoir gagné au Loto »

« C’est énorme, sourit le dirigeant. On a un peu l’impression d’avoir gagné au Loto. Je ne connais même pas notre budget. On ne s’est pas encore mis d’accord sur l’utilisation de cette somme. Mais l’accent sera certainement mis sur les jeunes, sur la formation et des aménagements au niveau des locaux. » Autre possibilité, aider la mairie pour la construction du nouveau complexe sportif. « On doit présenter des projets à la Fédération, explique Jean-Michel Kervarrec. Elle étudiera les factures. » Elles ne seront pas difficiles à payer. Pour une fois, dans ce club qui ne compte que des bénévoles, l’argent tombera du ciel.

LP avec F.Gi.