RMC Sport

Une Biélorussie new-look

Le Biélorusse Sergei Kislyak avait crucifié les Bleus à l'aller (1-0).

Le Biélorusse Sergei Kislyak avait crucifié les Bleus à l'aller (1-0). - -

Décimée par les blessures, la Biélorussie retrouve l’équipe de France neuf mois après l’avoir emporté au Stade de France. L’occasion pour Aurélien Montaroup, le défenseur français du Dynamo Minsk, de présenter les forces et les faiblesses des adversaires des Bleus.

Laurent Blanc et ses joueurs risquent de ne pas reconnaître l’équipe de Biélorussie qui les avaient battus (1-0) en septembre dernier au Stade de France. Car c’est une équipe biélorusse décimée par les absences de ses joueurs cadres qui va se présenter ce vendredi (20h50) à Minsk. Sans leur star et meneur de jeu Alexander Hleb (Birmingham), blessé au genou, ainsi que Sergei Kornilenko (Blackpool) ou encore Vitaly Koutouzov (Bari), la tâche risque en effet d’être ardue pour les locaux.

Malgré tout, pour Aurélien Montaroup, l’arrière gauche français du Dynamo Minsk, les hommes de Bernd Stange vont tout de même vendre chèrement leur peau. « Ils ont franchi un palier depuis le match aller. Même s’il leur manque quatre ou cinq joueurs, dont Hleb, ils y croient. Malgré tout, ils ont toujours l’appréhension de prendre une raclée. Ce sera une équipe bis et jeune. »

« De la provocation sur coups de pied arrêtés »

Joueur du championnat biélorusse depuis deux saisons et demie, Montaroup connaît parfaitement le style de jeu des Biélorusses. « Ils jouent un jeu rapide, en une touche de balle. Il y aura aussi de la provocation sur les coups de pied arrêtés. C’est un secteur de jeu où ils s’entrainent beaucoup et où ils excellent. » Des indications qui pourraient intéresser Laurent Blanc, lui qui a avoué manquer d’informations sur l’équipe biélorusse remaniée qu’il va affronter.

Alexandre Alain (avec R. P. et J. R. à Minsk)