RMC Sport

Valbuena : « J’ai peut-être plus à prouver plus que les autres »

Mathieu Valbuena contre l'Australie

Mathieu Valbuena contre l'Australie - -

Remplaçant vendredi contre l’Australie (6-0), Mathieu Valbuena a assisté du banc à la très bonne mise en route des Bleus, avait de faire lui aussi son entrée. Il lui faudra maintenant repousser la concurrence de Samir Nasri pour s’installer.

On l’avait laissé le regard noir dans les couloirs de la Donbass Arena. A peine éliminée, l’équipe de France quitte le stade de Donetsk. Direction son camp de base à quelques kilomètres de là. Et parmi les joueurs les plus affectés, Mathieu Valbuena. Emmené par Laurent Blanc en Ukraine, le milieu de terrain marseillais n’a pas joué une seule minute dans la compétition. Son compteur sélections restera bloqué à 12. Le joueur de 29 ans a depuis retrouvé le sourire. Car depuis la prise de fonction de Didier Deschamps à la sortie de l’Euro 2012, il cumule 15 sélections en moins d’un an.

Alors forcément, quand le retour de Samir Nasri s’accompagne d’une bonne prestation et d’une raclée contre une modeste équipe d’Australie (6-0), le risque de voir Valbuena de nouveau poussé sur le banc refait son apparition. Pour la première fois depuis le 19 juin et un revers contre la Suède (2-0) lors de l’Euro, Nasri s’est en effet paré du costume de titulaire dans un rôle jusqu’à présent réservé à Valbuena. « Ça n’enlève rien à Mathieu, a temporisé Didier Deschamps ce samedi. Mathieu a fait de très bonnes choses aussi. Je voulais voir Samir dans ce rôle. Dans ce système avec un triangle haut, il n’y avait que Mathieu dans ce registre. »

« Je ne cherche pas plus d'explications »

D’autant que le sélectionneur s’est entretenu avec son joueur pour lui expliquer son choix. « Depuis que je suis là, il a joué énormément de matches et a été décisif. C’est ce que je lui demande », continue le technicien. Quant au joueur, il ne semble pas s’embarrasser d’autant de considérations. « C’est vous qui ne faites que parler de la concurrence, glisse-t-il. Ce n’est pas à moi de vous dire ce qui est juste ou injuste. Ça fait pas mal de matchs que je me dis que je suis régulier et performant parce que le coach me le dit aussi. Juste ou pas juste ? Dans le football, et sans parler de ce cas-là, tout n’est pas forcément juste ou pas. J’essaye de continuer mon bonhomme de chemin. »

Sifflé par une partie du Parc des Princes en raison de son histoire marseillaise, Valbuena a également été pris en grippe sur plusieurs terrains de France. Sa propension à plonger et à exagérer ses chutes agace. Lui, en tout cas, est conscient qu’il a peu le droit à l’erreur. « Je sais très bien qu’à la moindre panne, on va me le souligner, regrette-t-il. C’est comme ça depuis le début de ma carrière. C’est aussi ce qui m’a endurci. Parfois, je ne cherche pas plus d’explications. J’ai peut-être plus à prouver que les autres. » Performant à un poste qu’il affectionne en équipe de France, Mathieu Valbuena aura certainement l’occasion de prouver qu’il reste le premier choix de Didier Deschamps. Sans doute dès mardi, contre la Finlande.

A lire aussi :

L'actu des Bleus 

En images : les 10 dates clés des Bleus au Parc

Les Bleus s’éclatent enfin…

Le titre de l'encadré ici

|||Valbuena répond aux sifflets
Conspué par le Parc des Princes, vendredi lors de France-Australie (6-0), Mathieu Valbuena a réagi aux sifflets dont il a été victime. « Il n’y a pas grand-chose qui me touche, a assuré le milieu de terrain de l’OM. Il faut les excuser. Ils pensaient peut-être que Paris jouait… Vous ne pouvez pas faire de personnes bêtes, des intelligents. Il n’y a pas grand-chose qui me touche. Si je rentre sur un terrain, c’est pour être performant. C’est dommage car quand tu portes le maillot de l’équipe de France, on doit être soutenu. Mais ce sont des choses qui arrivent.

PTa