RMC Sport

États-Unis: à 13 ans, Axel Kei est entré dans l’histoire du sport américain

Axel Kei a participé au match entre les Real Monarchs et les Colorado Switchbacks, samedi en USL (deuxième division américaine). L’attaquant de 13 ans est ainsi devenu le plus jeune joueur à disputer une rencontre professionnelle aux États-Unis.

Les 1.500 spectateurs réunis samedi au Zions Bank Stadium ont vécu un moment historique. C’est dans ce petit stade situé à Herriman, dans l’Utah, que les Real Monarchs (la réserve du Real Salt Lake) ont affronté les Colorado Switchbacks. Une rencontre comptant pour le USL Championship (la deuxième division américaine), durant laquelle Axel Kei a fait ses premiers pas dans le monde professionnel. A seulement 13 ans, 9 mois et 9 jours. De quoi faire de lui le plus jeune joueur de l’histoire des sports collectifs professionnels aux États-Unis.

Le jeune avant-centre, qui évolue habituellement avec l’académie du Real Salt Lake, est entré en jeu à la 61e à la place de Bobby Wood, qui a plus du double de son âge (28 ans). Axel Kei a été lancé par l’entraîneur adjoint Cody Warden, sur le banc en l’absence du coach principal Jamison Olave. Son apparition n’a pas permis à son équipe de s’imposer (0-0).

L’exemple douloureux de Freddy Adu

Né aux États-Unis au sein d’une famille d’origine ivoirienne, Axel Kei marche désormais sur les traces de Freddy Adu. L’attaquant de 32 ans, sans club depuis son départ d’Österlen FF (en troisième division suédoise), avait débuté en Major League Soccer en avril 2004, à tout juste 14 ans. Avant d’inscrire deux semaines plus tard son premier but en professionnel contre MetroStars, lors d’une défaite 3-2. De quoi lui offrir un contrat en or avec Nike et faire de lui une petite vedette internationale.

Deux ans après, le surdoué d’origine ghanéenne avait d’ailleurs été appelé en équipe des États-Unis. A 16 ans. Avant d’enfiler le maillot de Salt Lake et de partir tenter sa chance en Europe, à Benfica puis Monaco, sans grand succès. Au crépuscule d’une carrière très médiocre, qui l’a amené en Grèce, en Turquie, au Brésil, en Serbie ou en Finlande, souvent dans des divisions secondaires et avec plusieurs pauses au passage, Adu s’apprête à raccrocher les crampons avec 17 sélections au compteur (2 buts). Un exemple en forme de garde-fou pour Axel Kei, à l’heure de découvrir la lumière des projecteurs.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport