RMC Sport

Benzema en héros de la nation ?

Karim Benzema

Karim Benzema - -

Toujours à la recherche de son premier but dans cet Euro, l’arme fatale des Bleus devra retrouver le chemin de la réussite contre l’Espagne samedi (20h45). La route des demi-finales passe par là, face à des adversaires qu’il connaît bien.

Il était présenté comme LA star de cette équipe de France. Même s’il a toujours refusé d’en endosser le costume. Karim Benzema (48 sélections, 15 buts) est pourtant la locomotive technique de cette équipe de France. Celui sur qui tous les espoirs sont fondés. Mais alors que toutes les stars de la compétition y sont déjà allées de leur but, l’attaquant du Real Madrid n’a toujours pas connu la réussite sous le maillot bleu au cours de cet Euro. Sur les quinze dernières rencontres en équipe de France, il n’a même inscrit que trois buts, dont deux lors du dernier match de préparation contre l’Estonie (4-0). Alors forcément, son cas interpelle. « Je pense qu’il est frustré », livrait Florent Malouda lors de la première semaine. Double passeur décisif contre l’Ukraine, ‘’KB’’ ne se satisfera pas d’une première grande compétition sans but.

Il y a six ans, les Espagnols avaient envoyé un peu trop tôt Zidane à la retraite. La suite ? Une élimination de la Roja en huitième de finale de la Coupe du monde. Cette année, les Ibériques se gardent bien de faire la même erreur. Non seulement parce qu’ils craignent leur bête noire, mais aussi parce qu’ils savent que les Bleus détiennent une arme terrible. « Karim connaît Casillas, Ramos, Arbeloa, Xabi Alonso et eux aussi le connaissent, rappelle Luis Fernandez. Certains d’entre eux savent qu’il a pris une autre dimension, qu’il a vraiment l’étoffe des grands joueurs. Ils savent qu’il est capable de réaliser des choses exceptionnelles. J’ai comme l’impression qu’ils vont le respecter. » Malouda continue : « Le meilleur cadeau que l’on pourrait lui faire, c’est de l’aider à rentrer là-bas la tête haute et qu’il force le respect de ses coéquipiers et des gens qu’il va croiser. »

Coupet : « Ça doit être infernal pour lui »

Pour y parvenir et ainsi rentrer en conquistador en Espagne, le natif de Lyon devra sans doute revoir son jeu en équipe de France. Soucieux de toucher beaucoup de ballons, l’attaquant décroche beaucoup et se décale souvent du côté gauche. A l’issue de la première phase, il était d’ailleurs le deuxième plus gros frappeur de l’Euro derrière Ronaldo (17 tirs contre 22). Dans le vestiaire, certains lui auraient même reproché de ne jamais être à la tombée des centres de Clichy et Debuchy. « Il veut absolument marquer donc il décroche un peu plus, explique Alain Boghossian. Je comprends qu’il veuille toucher plus de ballons. On n’arrive peut-être pas assez à le servir. » Laurent Blanc refuse pourtant d’en faire un cas personnel. « Peut-être c’est un problème d’équipe mais moi je pense plutôt qu’en ce moment, il n’a pas la réussite avec lui », tranche le sélectionneur.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de Karim Benzema le sauveur de la nation. Loin d’être favorite de cette rencontre, l’équipe de France aura besoin d’un grand Benzema pour se frayer un chemin vers les demi-finales. Grégory Coupet a bien connu le jeune homme à Lyon (2005-2008). Pour l’ancien gardien international, pas besoin de trop titiller son ancien coéquipier. « Il doit garder cette contrariété pour que cela devienne une force pour le terrain. Trois matchs sans but, ça doit être juste infernal pour lui. Toute cette frustration doit ressortir sur ce quart. » Assez parlé de frustration, place maintenant aux actes. La France du football a les yeux braqués sur la pépite madrilène.

Pierrick Taisne (avec JR et JS) à Donetsk