RMC Sport

Caractère, fraîcheur, Ronaldo, Payet... Ce qui a manqué aux Bleus face au Portugal

A un poteau près (Gignac, 90+2), la France a échoué dimanche en finale de l’Euro face au Portugal (1-0) sur la pelouse du stade de France. Qu’a-t-il manqué aux Bleus pour l’emporter ? Les membres de la Dream RMC Sport donnent leurs réponses.

Le caractère

Le point est soulevé par Jean-Michel Larqué. Pour l’ancien capitaine des Verts, cette génération, contrairement à ses illustres devancières, manque de personnalité. « Dans cette équipe, les joueurs sont gentils. Ils ont donné une bonne image du foot français, mais ils manquent de caractère, estimé Larqué. Ça doit perturber Didier Deschamps, lui qui a été dans des équipes qui avaient beaucoup de caractère, avec les Zinedine Zidane, les Marcel Desailly, les Laurent Blanc. Il manque cruellement de leader dans cette équipe. Je veux bien qu’on me dise que Patrice Evra est un leader… Je n’ai pas ce sentiment. Il n’y a pas de relais.»

A revivre ici >> le live de la finale

L’Allemagne

Et si l’Euro des Bleus s’était arrêté après leur victoire face à l’Allemagne en demies (2-0) ? Battre l’éternelle bête noire a amolli les esprits. Et a renvoyé les Français à leur éternelle inconstance. « Le match que nous faisons contre les Allemands ne nous rend pas service, affirme ainsi Rolland Courbis. Je ne dis pas qu’on a négligé le Portugal. Mais on inconsciemment, quand on a terminé la demi-finale, j’ai vu la façon de s’embrasser, d’être content. C’est là que j’ai pris peur. Ce n’était pas un match référence, c’était un résultat référence. Le contenu de ce match était insuffisant. »

A lire ici >> ce qu’il s’est passé dans le vestiaire et à l’hôtel des Bleus après l’Allemagne

La fraîcheur

Les faits sont là, le Portugal a disposé d’une journée de repos supplémentaire par rapport aux Bleus. Et plus le match a avancé, plus les Lusitaniens ont pris le dessus. Difficile de ne pas faire le lien. « En prolongation, les Portugais méritent entièrement de s’imposer. Si vous regardez les statistiques pour la France, c’est zéro tir cadré, zéro frappe en prolongation, observe Jérôme Rothen. Les Portugais ont même l’opportunité de marquer un deuxième but. On ne peut que les féliciter. »

La finition

Griezmann de la tête, Gignac sur le poteau, la frappe de Sissoko… Les Bleus ont eu l’ouverture du score au bout du pied. Mais ça n’a pas voulu. La faute à un Rui Patricio en feu, mais pas que. « L’équipe de France a dominé cette finale. Il a manqué la finition. Sinon les Français auraient gagné ce match, affirme Frank Leboeuf. Ils ont dominé les Portugais. Ils sont tombés sur une très bonne défense. Les Portugais ont appliqué ce principe pendant tout le tournoi, bien défendre puis essayer de faire la différence. Ils ont encore réussi en finale. Il faut les féliciter pour ça. »

A lire ici >> Griezmann désigné meilleur joueur de l'Euro

Ronaldo

L’hypothèse échappe à la logique sportive pure, mais la sortie du triple Ballon d’Or semble avoir déstabilisé les Bleus. « La blessure de Ronaldo n’a pas été une bonne chose. On a vu une équipe française qui a morflé psychologiquement, estime Frank Leboeuf. C’est très bizarre. On a senti une ambiance moindre dans les tribunes. Et on a senti une équipe portugaise qui a joué à l’unisson. Ils défendaient tous ensemble. Les Français se sont sentis coupables au lieu de finir le travail. »

A lire ici >> France-Portugal, le discours à la mi-temps de Ronaldo qui a tout changé

Payet

Les explications de la défaite se trouvent aussi dans l’analyse des prestations individuelle. « Certains garçons n’ont pas été à leur niveau, observe Eric Di Méco. Comme par exemple Dimitri Payet. A la pause dimanche soir on pensait qu’il allait sortir. Il était à côté de son jeu, un peu comme en demi-finale face à l’Allemagne. Je le suivais particulièrement quand il jouait à l’OM. Et mon propos à l’époque était de dire qu’il soignait ses stats contre les petites équipes. C’est un peu à l’image de ce qu’il a fait en début de compétition contre la Roumanie puis l’Albanie. C’est une limite qu’il faudra surveiller pour ce garçon qui a beaucoup de qualités mais qui doit passer un cran. C’est significatif sur cette compétition. »

A lire ici >> les Iraniens s'en prennent à Dimitri Payet

la rédaction