RMC Sport

Euro 2016 : c’est dur, mais les Bleus doivent déjà oublier l’Allemagne

-

- - -

S’il n’a pas caché sa joie à l’issue de la victoire des siens, ce jeudi soir en demi-finales de l’Euro 2016 face à l’Allemagne (2-0), le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, a déjà le regard tourné vers la finale de dimanche, qui opposeront les Bleus au Portugal.

La joie, d’abord. « C’est magnifique pour les joueurs. Je suis content pour eux et ce formidable public qui nous soutient depuis des semaines, des mois, qui croit en cette équipe. C’est une très grosse satisfaction ce soir » confie Didier Deschamps après la victoire des Bleus à Marseille face à l’Allemagne, en demi-finales de l’Euro 2016 (2-0). Puis le pragmatisme, très vite.

A lire aussi : de Paris à Marseille, toute la France fête la victoire des Bleus

« Ce n’est pas une finalité, on est en finale. Il y a un match, et ce sera le plus important dans trois jours. On a fait beaucoup jusqu’à maintenant mais le plus important reste à venir. On n’est pas champion. Il reste la dernière marche qui reste la plus importante » rappelle aussitôt le sélectionneur de l’équipe de France. Tel est le guide des Bleus, faisant écho à son fidèle lieutenant Patrice Evra, « déjà tourné vers la finale », qui savoure à la fois son droit « d’être content » tout en soulignant que son groupe n’a « rien gagné encore ».

On l’aura compris, le champion du monde 1998 et d’Europe 2000 a déjà basculé. Déjà tourné son regard et son esprit vers cette soirée de dimanche, au Stade de France, où ses Bleus défieront le Portugal de Cristiano Ronaldo, en finale d’un Euro que tout un peuple rêve plus que jamais de remporter.

Deschamps : « On n’a pas des pouvoirs supplémentaires »

« J'ai déjà parlé aux joueurs, insiste ‘’DD’’. On n’a que trois jours, c'est très court. Il faut savourer mais le plus important, c'est dimanche. Il faut qu'on fasse tout pour arriver dans les meilleures conditions au match de dimanche. » Surtout que les Bleus auront un jour de moins de récupération que leurs adversaires, ce que n’a pas occulté Deschamps.

A lire aussi - Evra : ''c'est incroyable cette atmosphère, c'est pas comme ça au Stade deFrance''

« Le calendrier a été fait comme ça, rappelle l’ancien entraîneur de l’OM. A un moment, on a eu deux fois sept jours, c'était trop de repos. Là, on aurait aimé en avoir un peu plus mais on va essayer d'optimiser chaque heure qui va précéder ce rendez-vous. » Optimiser et accroître le capital confiance de ses joueurs, désormais favoris face au Portugal ? « Ce n'est pas parce qu'on a éliminé l'Allemagne qu'on des pouvoirs supplémentaires. On croit en nous et le Portugal croit en lui. Ce sera ouvert » assure Deschamps. Pragmatisme, toujours. Prudence, aussi. Un savant mélange qui a, jusqu’ici, bien réussi à ses joueurs. Comme il lui a souri dans un lointain passé…

>> Découvrez le Quinté + des Bleus de Luis Fernandez

dossier :

Euro 2016