RMC Sport

Euro 2016 : Marseille veut maintenir les fan-zones

Deux jours après les attentats de Bruxelles, une réunion s’est tenue ce jeudi à Marseille concernant la sécurité lors de l’Euro 2016, qui débutera le 10 juin. Au cœur des réflexions, la sécurisation des fan-zones. Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports, refuse aussi d’entendre parler de matches à huis-clos.

Le stade Vélodrome accueillera six rencontres de l’Euro (10 juin-10 juillet), dont un quart et une demi-finale. La ville de Marseille est donc au premier plan concernant les questions de sécurité de l’évènement. Deux jours après les terribles attentats qui ont frappé Bruxelles, une réunion se tenait ce jeudi à Marseille, en présence du secrétaire d’Etat aux Sports Thierry Braillard et des autorités locales en charge de la sécurité.

Avec au cœur de toutes les inquiétudes, les fameuses fan-zones qui accueilleront des milliers de supporters durant l’évènement. « La sécurité a été une réflexion prioritaire depuis le début, explique Thierry Braillard. Et depuis le début, la menace terroriste a été intégrée. Que ce soit dans les stades, dans les 24 sites d’hébergement des équipes et dans ce qu’on appelle les fan-zones, ces lieux de rassemblement de toutes les personnes qui seront par exemple à Marseille et qui voudront vivre l’événement à travers un écran géant. Tout a été fait pour que la sécurité soit optimale. Ce sont des lieux festifs, souhaités par l’UEFA. Je peux vous dire que ces fan-zones seront des lieux festifs totalement sécurisés. »

« La fan-zone permet de sécuriser les regroupements »

Le ton est encore plus catégorique du côté de la mairie. Hors de question d’évoquer une possible suppression des fan-zones. « La ville de Marseille ne participe pas à la polémique sur la suppression des fan-zones, insiste Yves Moraine, maire des 6e et 8e arrondissements. Parce que si on rentre là-dedans, pourquoi on ne supprime pas l’Euro ? Pourquoi on ne supprime pas tous les spectacles sportifs ? Les théâtres ? Non. La résistance, c’est de continuer à vivre comme nous avons toujours vécu. Les adversaires veulent détruire un modèle de civilisation, de société. Et nous, nous résistons en ne changeant rien à notre vie. »

D’ailleurs, selon le préfet de police de Marseille, les fan-zones peuvent apporter davantage de sécurité puisque ces regroupements seront contrôlés. « De toute façon, pendant l’Euro, il y aura des regroupements de personnes, explique Laurent Nuñez. La fan-zone permet de les canaliser et de les sécuriser. » Richard Miron, adjoint aux Sports de la ville, renchérit : « On ne peut pas individuellement estimer que les gens n’ont pas de sentiment de peur. Ce qu’on souhaite en tout cas, c’est les rassurer. Leur dire que tout a été mis en œuvre pour que la sécurité soit optimale. »

Des matches à huis clos ? Pas question

Quant à l’idée de matches à huis clos pour plus de sécurité, Thierry Braillard adopte un ton ferme. « Pour l’instant, je peux vous dire que le succès populaire est présent et que l’intégralité des places est vendue. Ce qui veut dire que le stade Vélodrome sera plein pendant tous les matches de poules et on peut augurer qu’il sera plein pour le quart et la demi-finale. Et à partir du moment où je vous dis que les stades sont pleins, ça ne sert à rien de me dire qu’il y aura du huis clos. » Les spectateurs du stade Vélodrome, qui vivent une saison compliquée au rythme des déconvenues de l’OM, pourront donc au moins vibrer pendant l’Euro.

dossier :

Euro 2016

A.Bo avec F.Ge à Berlin