RMC Sport

Euro 2016 : Pourquoi les Allemands peuvent refaire le coup du Brésil... ou pas

Le 4 juillet 2014, les Allemands se qualifiaient pour les demi-finales de la Coupe du monde dans la touffeur du Maracana, sans vraiment trembler face à la France (1-0). Peuvent-ils refaire le coup jeudi à Marseille (21h) ? Voici trois raisons pour lesquelles c’est possible, et trois pour lesquelles ça ne l’est pas.

Non, les Allemands ne passeront pas

Le poids des absents

Inutile de faire la fine bouche. Dans les foyers français, lorsqu’on a vu Mats Hummels écoper d’un carton jaune samedi (90e) lors du quart face à l’Italie (1-1, 6-5 tab) on a plutôt pris ça pour une bonne nouvelle. Suspendu, l’homme au coup de tête du Maracana dont Raphaël Varane ne s’est toujours pas remis, ne sera donc pas là sur la pelouse du Vélodrome. Touché aux adducteurs, Sami Khedira, précieux régulateur de l’entrejeu allemand et lui aussi du match de 2014, manquera également. Son remplaçant potentiel, Bastian Schweinsteiger, est incertain. Devant Mario Gomez, blessé à la cuisse, ne rejouera plus de l’Euro. Une grosse moitié de la colonne vertébrale allemande est donc sur le flanc. La France, au complet, a plutôt le vent dans le dos.

A lire ici >> Giroud-Griezmann : c’est 85% de victoires

A lire ici >> Schweinsteiger absent de l'entraînement de la Mannschaft

Neuer réussit bien aux Français cette saison

Dans son but, Neuer c’est un peu comme « la Montagne » dans « Game Of Thrones ». On a l’impression qu’il n’est pas fait à la même échelle. Il rend les autres tout petits. Le portier allemand n’a pris qu’un but lors de l’Euro. Un penalty de Bonucci face à l’Italie après que Boateng ait sorti les mains. En 2014, il avait anéanti les espoirs tricolores d’une main ferme. Le tableau pourrait paraitre accablant et pourtant… Lorsqu’il a croisé la route des Français cette saison, Neuer n’a pas tant rigolé que ça. Olivier Giroud lui a en effet trois buts, deux avec Arsenal en Ligue des Champions, l’autre avec les Bleus le 13 novembre. Personne n’a oublié le face à face victorieux d’Antoine Griezmann face au portier allemand lors de la demi-finale retour de Ligue des Champions entre le Bayern Munich et l’Atlético de Madrid (2-1). Enfin, Paul Pogba a lui aussi trompé Neuer avec la Juventus, lors du huitième de finale retour de Ligue des Champions. « C’est un joueur clé de l’équipe, mais ce n’est pas un mur infranchissable, a prévenu Giroud. Je lui ai marqué quelques buts et j'espère que mes coéquipiers en feront de même. »

A lire ici >> Giroud s'est entraîné à l'écart du groupe

La folie du Vélodrome

Jeudi, la France jouera sa place en finale à Marseille (21h). Les Bleus y ont plutôt des bons souvenirs et particulièrement dans leur histoire moderne. En 1984, les hommes de Michel Hidalgo y avaient renversé le Portugal (3-2 a.p) en demi-finale de l’Euro, pour ce qui reste l’un des matches les plus incroyables de cette génération. En 1998, la France avait ouvert à Marseille sa campagne en Coupe du monde par une victoire (3-0) face à l’Afrique du sud. Marseille n’attend qu’une étincelle pour s’embraser.

Le foot se joue à 11 contre 11… et à la fin c’est l’Allemagne qui gagne

Le sens de l’histoire

L’énumération des faits est implacable. La France n’a plus battu l’Allemagne lors d’une compétition majeure depuis 1958. Le 28 juin de cette année-là, les Bleus, emmenés par un Just Fontaine auteur d’un quadruplé, avaient dominé l’Allemagne de l’Ouest (6-3) pour finir à la 3e place de la Coupe du monde. A vrai dire, il s’agit de la seule victoire tricolore face au voisin germanique en compétition. Outre-Rhin, ce n’est même pas un sujet. Le célèbre quotidien Bild a fait sa « Une » du jour en titrant : « Adieu, les Bleus ! ». Avec une autre stat. Depuis 1972, l’Allemagne gagne toujours face au pays hôte.

A lire ici >> Bild dit "adieu" aux Bleus

Müller va finir par se réveiller

L’homme aux dix buts en Coupe du monde n’en a toujours pas inscrit un seul lors d’un Euro, malgré dix matches disputés. Il a même manqué son penalty lors de la séance face à l’Italie. L’ombre de son réveil planera forcément sur la rencontre. D’autant qu’avec l’absence de Mario Gomez, Müller (26 ans, 76 sélections, 32 buts) se rapprochera de la zone de but.

Plus de certitudes collectives

Dix ans qu’il a pris en main la Mannschaft. Jürgen Klinsmann avant lui avait déjà fixé le cap d’un jeu de possession, empreint de rigueur et de force collective. Joachim Löw a poursuivi l’œuvre, avec le succès que l’on sait et ce titre de champion du monde au Brésil. Cette maitrise semble promettre à l’Allemagne un cycle de domination dont on n’entrevoit pas encore la limite. « Sur la compétition aussi, c’est elle qui a maîtrisé le mieux son sujet, reconnaissait Didier Deschamps après la qualification face à l’Islande (5-2). On a envie de continuer et d’avoir ce grand rendez-vous face à la meilleure équipe d’Europe et du monde sur ces dernières années. »

dossier :

Euro 2016

la rédaction