RMC Sport

Euro 2016 (préparation) : France-Russie en questions

Au terme d’un match débridé, les Bleus ont battu la Russie (4-2) ce mardi au Stade de France, en match de préparation pour l’Euro 2016. Si les hommes de Didier Deschamps ont encore affiché des lacunes défensives, ils ont montré un potentiel offensif impressionnant. Le match en questions.

L’ambiance était-elle au rendez-vous ?

OUI. Un peu plus de quatre mois après la triste soirée du 13 novembre, marquée par les attentats de Paris et Saint-Denis, les Bleus étaient de retour au Stade de France. Un comeback dans leur enceinte fétiche effectué sous les yeux de François Hollande. Et dans une jolie ambiance. Après une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Bruxelles, le kop des supporters français a lancé de nombreux chants, repris par tous les spectateurs. Une atmosphère chaleureuse comme on en a vu trop rarement au Stade de France.

La défense a-t-elle rassuré ?

NON. Les Bleus ont le don pour se mettre en danger tout seuls. Comme face aux Pays-Bas (3-2), ils se sont relâchés alors qu’ils avaient le match parfaitement en main. Face à une équipe russe inoffensive, les hommes de Didier Deschamps ont tout de même trouvé le moyen de concéder deux buts. Et encore un sur coup de pied arrêté. C’est Lucas Digne, qui venait d’entrer en jeu, qui s’est montré trop laxiste au marquage sur le but de Kokorin (56e), avant que toute la défense bleue ne soit débordée sur celui de Zhirkov (68e). Un défaut à corriger impérativement avant l’Euro.

Kanté a-t-il réussi sa première titularisation ?

OUI. Difficile de faire mieux pour une première titularisation en équipe de France. Quatre jours après avoir honoré sa première cape en entrant en jeu aux Pays-Bas, N’Golo Kanté a effectué un très bon match et inscrit son premier but international. A l’origine de la récupération du ballon, il a conclu du droit, tel un attaquant, une action lancée par le trio Pogba-Gignac-Griezmann (8e). Le cadeau idéal pour son 25e anniversaire.

Le nouveau trio offensif a-t-il fonctionné ?

OUI. Après Payet-Giroud-Griezmann contre les Pays-Bas, Didier Deschamps avait décidé de renouveler aux deux tiers son trio d’attaque face à la Russie. Plutôt une bonne idée puisque Martial, Gignac et Griezmann ont fait souffrir la défense russe. Enfin surtout les deux derniers nommés, puisque le jeune attaquant de Manchester United a été un cran en-dessous et a été remplacé à la pause par Kingsley Coman, intenable et auteur d’un but (76e). Griezmann, excellent (deux passes décisives), et Gignac, buteur d’une superbe tête plongeante (38e), ont fait le job. Et plutôt très bien. Et lorsque Griezmann est sorti, c’est Payet, son remplaçant, qui a brillé en marquant un coup-franc splendide (64e).

Les Bleus peuvent-ils se passer de Benzema à l’Euro ?

OUI ET NON. Sportivement, avoir dans ses rangs l’avant-centre titulaire du Real Madrid, auteur de 20 buts en Liga depuis le début de saison, est forcément un atout non négligeable. Mais en deux rencontres, les Bleus ont démontré qu’ils pouvaient quand même se montrer très bons offensivement sans Karim Benzema, écarté de la sélection jusqu’à nouvel ordre suite à l’affaire de chantage à la sextape de Mathieu Valbuena. Giroud et Gignac ont marqué chacun un but lors des derniers matchs, Coman a montré qu’il avait le niveau et Griezmann a prouvé qu’il avait les épaules pour être le leader de l’attaque tricolore. Avec Benzema, cette attaque aurait très fière allure. Mais même sans lui, elle est capable de faire très mal à l’Euro.

Alexandre Alain Rédacteur