RMC Sport

Euro 2017: Echouafni déçu… par "la qualité des adversaires"

Le sélectionneur de l'équipe de France féminine, Olivier Echouafni, s'est déclaré "déçu par la qualité de jeu des adversaires", après l'élimination de ses joueuses en quart de finale de l'Euro 2017, dimanche face à l’Angleterre (1-0).

Après avoir estimé que ses joueuses avaient effectué une excellente prestation face à la Suisse (1-1) en match de poule, Olivier Echouafni a tenu de nouveaux propos étonnants au terme de l’élimination, sans gloire, des Bleues en quart de finale de l’Euro 2017 contre l’Angleterre (1-0). "Ce n'est pas réellement une déception, il y a un peu de frustration. C'est difficile à accepter, on aurait mérité mieux (...). Je suis surtout déçu par la qualité de jeu de nos adversaires", a réagi à chaud Echouafni sur Eurosport. 

>> Euro 2017: une nouvelle fois impuissantes, les Bleues prennent la porte

"Dans notre groupe, on n'avait que des équipes qui attendaient, qui ne produisaient pas de jeu, donc pas de spectacle et malgré cela, on a réussi à se créer des situations", a-t-il ajouté.

>> Revivez le film de France-Angleterre (0-1)

Echouafni serein pour son avenir

En zone mixte, à Deventer, il a avoué que "oui, il y a de la déception. L'aventure s'arrête au niveau de l'Euro, mais il y a déjà une préparation qui doit se faire en prévision de la Coupe du monde." Le sélectionneur a par ailleurs refuser d’évoquer son avenir: "Ce n'est pas le moment, laissez-nous digérer un petit peu tout ça" alors que, plus tôt, sur Eurosport, il a affirmé que "le président (de la FFF) connaît bien le football. Il sait que le match s'est joué sur des détails entre deux équipes très proche l'une de l'autre". 

>> Euro 2017: l'Allemagne, sextuple tenante du titre, sortie par le Danemark

"Je suis content de mon équipe, de mes joueuses, de ce qu'elles ont fait dans cet Euro. Depuis dix mois, il faut savoir que c'est notre première défaite. Notre série s'est arrêtée ce soir peut-être au mauvais moment. L'idée c'est que cela reparte encore de plus belle", a-t-il d'ailleurs souligné.

Avec Anthony Rech à Deventer et AFP