RMC Sport

Euro 2021: la Juve et le Barça soutiennent Munich contre l’UEFA

La Juve et le Barça ont pris position contre l'instance européenne dans l'affaire qui oppose la ville de Munich à l'UEFA ce mardi, à l'Euro 2021. La confédération européenne a déchaîné les critiques ce mardi en refusant à Munich d'éclairer son stade aux couleurs arc-en-ciel.

Le Barça et la Juve surfent sur la controverse, et se paient d’une certaine façon l’UEFA, alors qu’un contentieux les oppose dans l’affaire de la Super League. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit aujourd’hui. Une vague de critiques s’est abattue sur l'instance européenne ce mardi. L'UEFA a en effet refusé le projet de la ville de Munich d'illuminer son stade aux couleurs arc-en-ciel de la communauté LGBT mercredi pour Allemagne-Hongrie, pour protester contre une loi jugée discriminatoire récemment votée en Hongrie.

L'UEFA, "organisation politiquement et religieusement neutre", a justifié ce veto par le "contexte politique de cette demande, un message visant une décision prise par le parlement national hongrois". Si la France a "regretté" ce choix, la Hongrie a salué "une bonne décision", alors que les autorités munichoises ont fait part de leur fureur. L’attaquant français Antoine Griezmann, en pointe sur ces sujets, a été l’un des premiers à soutenir l’initiative allemande contre l’UEFA, rapidement rejoint par deux clubs, le FC Barcelone et la Juventus.

"Fierté et respect"

Le club catalan a publié son blason avec le drapeau arc-en-ciel en fond, tandis que le logo de la Vieille Dame a adopté ces mêmes couleurs, associé au message suivant: "Tout le monde aime le football". Cristiano Ronaldo, toujours sous contrat avec la Juve, aurait été visé par des insultes homophobes émanant des tribunes de la Puskas Arena de Budapest, la semaine passée.

"Fierté et respect", a écrit le Barça. Ce même respect qu’il a réclamé de la part de l’UEFA le week-end dernier, à l’occasion d’un nouveau plaidoyer de son président, Joan Laporta, en faveur de la Super League. L’UEFA reproche toujours au Barça et à la Juve, mais également au Real Madrid, les trois derniers clubs réfractaires à ne pas avoir renoncé au projet dissident, d’avoir fomenté cette mutinerie.

Le président du Barça a lui expliqué pourquoi il était resté ferme face aux menaces de l'UEFA, qu'il a qualifiées de "belliqueuses et démagogiques". "Nous, qui défendons les intérêts du Barça, avons vu nos espoirs anéantis par certains fonctionnaires. L'UEFA n'a pas voulu accepter le dialogue et nous ne le comprenons pas, mais nous avons continué à essayer, a-t-il regretté. Nous avons plus de 122 ans d'histoire et nos sentiments doivent être respectés. [...] Et nous ne paierons pas de pénalités si la justice nous donne raison."

QM