RMC Sport

Euro 2021: le message de soutien de Griezmann à la communauté LGBT dans l'affaire du stade arc-en-ciel

Antoine Griezmann se tient aux côtés de la communauté LGBT et de la ville de Munich, qui souhaitait lui apporter symboliquement tout son soutien en réponse aux attaques qu’elle essuie de toutes parts en Hongrie.

En pointe dans le combat contre l’homophobie de manière générale, et dans les stades en particulier, Antoine Griezmann a pris position dans l’affaire qui oppose la Fédération allemande de football et la ville de Munich à l’UEFA. Alors que la ville bavaroise avait prévu d’illuminer l’Allianz Arena aux couleurs de l’arc-en-ciel mercredi, pour le match face à la Hongrie, l’UEFA a empêché cette initiative, qualifiée de "politique". Une action symbolique, en réalité, après que le parlement hongrois a largement adopté il y a une semaine un texte marquant une offensive de plus contre les personnes LGBT+ dans le pays.

>> Euro 2021: les infos en direct

Fidèle à ses engagements

Et alors que des chants homophobes se sont fait entendre pendant l’Euro, émanant des tribunes occupées par la fameuse Brigade des Carpates, à Budapest. Cristiano Ronaldo aurait été l’une des cibles de la frange la plus extrême des supporters magyars. La municipalité de Munich va pavoiser plusieurs bâtiments de la ville aux couleurs arc-en-ciel après la décision "honteuse", selon le maire de la ville, de l'UEFA d'interdire l'éclairage du stade pour le match Allemagne-Hongrie prévu mercredi, a annoncé mardi le maire. Antoine Griezmann a, à sa façon, soutenu cette initiative.

Le joueur de l’équipe de France a twitté une photo d’une Allianz Arena aux couleurs arc-en-ciel, avec un poing fermé symbolisant le combat, la résistance. Griezmann s’est déjà engagé à plusieurs reprises pour lutter contre l’homophobie, un positionnement clair et courageux de sa part, dans un milieu où ils sont peu nombreux à oser prendre la parole. "L'homophobie dans le foot, ça suffit !", avait-il affiché en une du magazine Têtu, jugeant à l’époque que c’était "très bien d’arrêter les matches" lorsque des chants insultants sont scandés ou que des banderoles sont sorties en tribunes.

QM