RMC Sport

Euro: Dans un stade comble, le Portugal peut s'attendre à des sifflets en cas de genou au sol

Pas de jauge pour le match de l'Euro entre la Hongrie et le Portugal mardi à Budapest.

Avant le choc entre la France et l’Allemagne ce mardi à Munich, un autre petit événement se tiendra dans le même groupe F à Budapest où la Hongrie accueillera le Portugal à 18h dans le seul stade de l’Euro annoncé comble en début de compétition. Près de 67 000 personnes sont attendues à la Puskas Arena qui offrira donc une jauge à 100%. Chaque supporter devra montrer patte blanche, preuve de vaccination ou test PCR négatif. Un tifo est prévu sur les 3 étages d’un des virages de l’enceinte que Cristiano Ronaldo a découvert ce lundi après-midi pour le dernier entrainement de veille de match.

Bronca à attendre en cas de genou au sol

Viktor Orban, le premier ministre hongrois grand fan de foot est évidemment attendu demain soir pour l’entrée en lice de la sélection hongroise qui jouera 2 de ses 3 matches de poules (dont celui face aux Bleus) à domicile et donc dans un stade plein. Un des éléments qui sera scruté dans l’avant-match c’est l’éventuel moment anti-raciste avec l’agenouillement des joueurs notamment plébiscité par le mouvement Black Lives Matter. Eventuel car certaines sélections, comme la France, le font avec l’aval de l’UEFA, d’autres ne le font pas. Lors du dernier match de préparation de la Hongrie face à l’Irlande le 8 juin, les joueurs hongrois ne l’avaient pas fait, alors que le public avait copieusement sifflé l’initiative des irlandais qui avaient posé le genou à terre. Orban s’était alors montré solidaire du public:

"De notre point de vue, ce geste est inintelligible. Les hongrois s’agenouillent uniquement devant Dieu, la mère Patrie et lorsqu’il demandent en mariage leur dulcinée. Je n’ai aucune sympathie pour ce business de l’agenouillement. Je ne pense pas que ces choses-là aient leur place sur le terrain. Les athlètes se battent debout."

Une telle scène s’est déroulée dans l’enceinte de St Petersbourg samedi dernier lors de Belgique-Russie où seuls les belges s’étaient agenouillés provoquant les sifflets du public russe.

Le groupe Ultra hongrois de la "Brigade des Carpates", sous influence de l’extrême droite hongroise et qui a la sympathie de Viktor Orban a déjà annoncé par communiqué qu’il se réjouissait de "retrouver les gradins après 500 jours de disette".

Loïc Briley (à Budapest)