RMC Sport

Euro: la Hongrie crucifie l'Islande en barrage et rejoint le groupe des Bleus

En reversant l'Islande avec deux buts dans les dernières minutes (2-1), la Hongrie a obtenu à Budapest son billet qualificatif pour l'Euro prévu l'été prochain. Elle rejoint le "groupe de la mort" avec la France, de l'Allemagne et du Portugal. En parallèle, la Slovaquie et l'Écosse se sont aussi qualifiées pour le tournoi.

Menée à deux minutes de la fin du temps réglementaire, la Hongrie a arraché sa qualification pour l'Euro... tout en évitant la prolongation. L'ancienne grande nation du football a renversé l'Islande (2-1), lors du barrage en match unique des éliminatoires organisé jeudi soir à Budapest. Elle sera ainsi l'un des adversaires des Bleus l'été prochain, dans le groupe F très relevé comportant aussi l'Allemagne et le Portugal.

Une faute de main du gardien Peter Gulacsi avait d'abord permis à l'expérimenté Gylfi Sigurdsson de donner très rapidement l'avantage à l'Islande, sur un coup franc direct (11e). Malgré ses assauts répétés tout au long de la rencontre (15 tirs et 66% de possession), la Hongrie a vu le chronomètre défiler inexorablement et Hannes Halldorsson être une muraille.

La Hongrie face aux Bleus... grâce à un Français

Mais la première délivrance est finalement venue à la 88e minute, grâce à Loïc Nego. Né à Paris et naturalisé hongrois en 2019, l'ancien défenseur nantais à profité d'un coup de billard causé par la défense adverse pour égaliser... seulement quatre minutes après son entrée en jeu. En profitant de ce momentum, Dominik Szoboszlai a mis moins de 240 secondes pour ruiner tous les espoirs nordiques avec une frappe un peu molle - mais extrêmement bien placée - dans le temps additionnel (90e+2).

Huitième de finaliste de la précédente édition du championnat d'Europe, la Hongrie obtient ainsi sa deuxième qualification de suite pour le tournoi. La sélection dirigée par l'Italien Marco Rossi disputera deux de ses matchs à domicile, contre le Portugal le 15 juin et la France le 19 juin. Sous réserve que le projet à douze villes hôtes soit bien maintenu par l'UEFA, les affiches de la poule F sont en effet réparties entre l'Allianz Arena de Munich et le stade Ferenc-Puskas de Budapest.

Les Islandais ne participeront donc pas au deuxième Euro de leur histoire. En 2016, ils étaient devenus les chouchous du public jusqu'à leur élimination par les Bleus en quarts de finale.

Qualifiées, la Slovaquie et l'Écosse ont tremblé

Hongrie-Islande n'est pas le seul match de la soirée à avoir eu un scénario palpitant. Les deux autres affiches ont aussi eu droit à un rebondissement dans les dernières minutes, presque simultanément.

Également rattrapée sur la fin du temps réglementaire, la Slovaquie s'est tout de même qualifiée pour l'Euro en s'imposant 2-1 contre l'Irlande du Nord en prolongation. Les Slovaques, qui menaient depuis la 17e minute, ont concédé un but contre-son-camp de Milan Skriniar à la 88e minute. Ils ont néanmoins su reprendre l'avantage à la 110e, grâce à Michal Ďuriš.

Dans le troisième match de la soirée, l'Écosse a battu la Serbie aux tirs au but (1-1 puis 5-4) pour arracher le dernier ticket qualificatif. Le héros s'appelle David Marshall, auteur de la parade décisive sur la tentative d'Aleksandar Mitrovic. Auparavant, Ryan Christie avait permis aux Écossais de prendre les commandes à la 52e minute. Mais l'attaquant madrilène Luka Jovic, remplaçant au coup d'envoi, avait égalisé d'une tête sur corner smashée à 26 secondes de la fin du temps réglementaire.

La Slovaquie se retrouve dans le groupe E, avec l'Espagne, la Suède et la Pologne. L'Écosse affrontera l'Angleterre, la Croatie et la République Tchèque dans le groupe D. Quelques heures plus tôt, la Macédoine du Nord avait créé la surprise en sortant la Géorgie. Elle se retrouve ainsi dans le groupe C, avec les Pays-Bas, l'Ukraine et l'Autriche.

JA