RMC Sport

Euro: loin de l’agitation médiatique des Bleues, les Espoirs veulent aussi briller

Houssem Aouar

Houssem Aouar - ICON SPORT

A l'heure où les Bleues captent toute l'attention du pays, l'équipe de France Espoirs prépare tranquillement son entrée en lice dans l'Euro de la catégorie, mardi, contre l'Angleterre à Cesena (Italie).

Forli, ville d’un peu plus de 100.000 habitants dans le nord-est de l’Italie, ne vibre pas vraiment de la présence de l’équipe de France Espoirs. En tout cas, pas pour l’instant. La délégation française, présente sur place depuis jeudi, n’a reçu la visite que de trois supporters locaux lors de leurs deux premiers entraînements au stade Tullo Morgagni. Il n’y a pas beaucoup plus de journalistes, la majorité n'arrivant qu'en début de semaine pour le lancement de la compétition.

Une qualification pour les JO à aller chercher

Pour commencer à voir les premiers signes d’un Euro qui se prépare en Italie, il faut rouler une petite trentaine de minutes pour se rendre à Cesena, lieu du premier match des Bleuets, mardi, face à l’Angleterre. Là-bas, la publicité pour le championnat d’Europe est visible au bord des routes et en centre-ville. Avec des tarifs très bas, les organisateurs espèrent pouvoir remplir les modestes enceintes choisies pour la compétition.

Si tous les regards sont focalisés sur l’équipe de France féminine, qui dispute sa Coupe du monde, la Fédération française de football a placé la barre haut pour cet Euro Espoirs. Car plus qu’un titre, il y a aussi une qualification pour les Jeux olympiques 2020 à aller chercher. 

"C’est quelque chose de grand, les JO. Pour notre catégorie d’âge, c’est presque équivalent à une Coupe du monde", explique Anthony Caci, le défenseur central de Strasbourg et grande surprise de la liste des 23 de Sylvain Ripoll. "On a parlé des JO au moment de la qualification, indique le sélectionneur. Les joueurs le savent, mais il ne faut pas que l’on pense à ça. Le plus important, c’est déjà le match contre les Anglais."

Mise en route mardi contre l'Angleterre

La concurrence des filles permet pour l’instant aux Espoirs d’avancer masqués. Sans trop de pression du grand public. Ce qui peut aussi représenter un risque. Mais le staff et le FFF y sont très attentifs. La présence de Noël Le Graët mardi pour le premier match en est un exemple.

Les joueurs qui composent la sélection jouent tous dans leurs clubs dans des stades pleins, avec pour la plupart une obligation de résultats importante. L’atmosphère feutrée de l’approche de la compétition est un élément pris en compte pour le staff des Bleuets. Le discours de Didier Deschamps à Clairefontaine, focalisé sur l’attitude, n’était pas innocent. Surtout que le premier adversaire, l’Angleterre, est probablement le plus fort du groupe.

LB, LT