RMC Sport

Malaise d'Eriksen: l’UEFA aurait menacé le Danemark d’un forfait, selon Peter Schmeichel

Peter Schmeichel, le père de Kasper, gardien de la sélection danoise, a insisté sur le fait que l’UEFA avait brandi la menace d’une défaite par forfait si les Danois refusaient de reprendre le match face à la Finlande d’ici dimanche, après l’arrêt cardiaque de Christian Eriksen.

Les joueurs de la sélection danoise ont déploré avoir eu à choisir si le match devait reprendre alors qu’ils étaient encore sous le choc après l’arrêt cardiaque de leur milieu de terrain Christian Eriksen. "Nous avons été mis dans une position où, à titre personnel, je pense que nous n’aurions pas dû être placés", a souligné Kasper Schmeichel, sans en dire davantage sur les circonstances de leur prise de décision. Son père, Peter Schmeichel, est allé plus loin en dénonçant une troisième option, qui aurait donc été passée sous silence jusqu’alors.

>> Euro: les infos en direct

"Je ne pense pas qu'ils aient eu le choix"

"J’ai vu hier (dimanche) une déclaration officielle de l'UEFA disant qu'ils suivaient les conseils du joueur, que les joueurs insistaient pour jouer. Je sais que ce n'est pas la vérité, a déclaré Kasper Schmeichel ce lundi, alors qu’il était en direct dans l’émission Good Morning Britain sur ITV. On leur a laissé trois options, la première était de jouer immédiatement pour disputer les 50 dernières minutes. La suivante était de venir hier (dimanche) à midi et de terminer les 50 minutes, et la troisième option était de déclarer forfait pour le match, 3-0."

"Réfléchissez-y. Est-ce le souhait des joueurs de jouer ? Avaient-ils vraiment le choix ? Je ne pense pas qu'ils l'aient eu", a-t-il insisté. Le match avait été interrompu, tandis que les Danois, certains d'entre eux en larmes, s'étaient rassemblés pour former un cercle autour du milieu de terrain de 29 ans et le dissimuler des regards. Le match a ensuite repris dans la journée et s'est soldé par une défaite des Danois (1-0). "J'ai le sentiment que nous n'aurions pas dû jouer" la fin de la rencontre, a dit le sélectionneur Kasper Hjulmand, solidaire de ses joueurs la veille.

QM