RMC Sport

Dréossi tape du poing sur la table

-

- - -

Alors que le Stade Rennais joue une grande partie de son avenir en Ligue Europa jeudi sur la pelouse du Celtic Glasgow (21h05), le directeur sportif breton estime que son club ne progresse pas assez vite. Et il l’a fait savoir.

La tension est presque palpable à Rennes. A la veille de son match capital au Celtic Park, jeudi en Ligue Europa, Frédéric Antonetti est arrivé avec une demi-heure de retard au point presse. Le coach breton était occupé avec ses hommes. Alors qu’une défaite face aux Ecossais sonnerait sans doute le glas de leurs espoirs en Coupe d’Europe, le coach breton a tenu à mettre ses hommes en garde. Une semaine après l’élimination en Coupe de la Ligue (face au Mans, 0-0, 4 t.a.b. à 1), un nouvel échec sur la scène européenne ferait tache pour un club qui se veut de plus en plus ambitieux. La situation commence d’ailleurs à sérieusement agacer Pierre Dréossi, le directeur sportif rennais : « En Coupe de la Ligue, il y avait la place de s’imposer avec l’équipe B, souffle-t-il. Je ne veux pas que les mois d’octobre et novembre soient catastrophiques comme c’est déjà arrivé au Stade Rennais par le passé. » L’absence de titre irrite aussi le staff breton : « On construit doucement. Trop doucement à mon avis, enchaîne Dréossi. J’espère qu’on va accélérer cette progression. Je pense qu’on peut avancer un peu plus vite. »
Voilà quarante ans que le Stade Rennais, 6e de Ligue 1, n’a pas remporté un titre majeur (Coupe de France en 1971). Avec l’arrivée de Frédéric Antonetti en 2009, les Rouge et Noir s’imaginaient bien dépoussiérer leur vitrine. Deux ans plus tard, ils n’ont encore rien vu venir. « Il y a une impatience qui n’est pas légitime mais qui existe, remarque Dréossi. Plus on arrive vers le haut et plus c’est dur de progresser. D’autant qu’on veut aller à une place qui n’est pas dans nos moyens (le Top 5, ndlr). »

Dréossi : « On construit doucement. Trop doucement »

Si Frédéric Antonetti est en première ligne, ne comptez pas sur Dréossi pour allumer son technicien. Même si c’est à la mode dans d’autres clubs…. « Frédéric Antonetti a déjà marqué les esprits par sa volonté de changer le jeu du Stade Rennais, argumente Dréossi. Il ne faut pas croire que le Stade Rennais deviendra un grand d’Europe comme ça.» Mais qu’en pense l’intéressé ? « Si on a un peu de chance, on peut gagner une Coupe, assure le Corse. Mais remporter un titre avec le Stade Rennais, c’est un peu compliqué. Autrement ça se saurait. Mes prédécesseurs l’auraient fait avant moi ! » Sa réussite en Bretagne passe-t-elle par un titre ? « J’aimerais bien, répond Antonetti. Si on pouvait garder nos meilleurs jeunes, peut-être qu’on pourrait prétendre au titre de champion de France. Mais il n’est pas encore temps de parler de mon passage à Rennes puisque je suis en plein dedans. » Pour Antonetti, l’heure du des bilans n’a pas encore sonné.