RMC Sport

Incorrigibles Rennais !

-

- - -

Sévèrement battu par le Celtic Glasgow (3-1) jeudi soir lors de la 4e journée de Ligue Europa, le Stade Rennais s’est d’abord fait rejoindre au score avant de se faire devancer. Avec ce nouveau revers, les hommes de Frédéric Antonetti sont quasiment éliminés de la scène européenne.

Encore une fois, Rennes a craqué. Comme face à l’Udinese (2-1) et l’Atlético Madrid (1-1), les Bretons ne se sont pas montrés assez solides pour conserver un score qui leur était pourtant favorable. Menant 1-0 après seulement deux minutes de jeu après l’ouverture du score signé sur une tête du défenseur, Kader Mangane, les Bretons ont laissé s’envoler leurs derniers espoirs de victoire. Celle qu’ils recherchent désespérément alors que dans toute son histoire, le Stade Rennais ne s’est jamais imposé en C3. En une dizaine de minutes, les hommes de Frédéric Antonetti ont donc tout laissé filer. L’attaquant du Celtic Glasgow, Anthony Stokes n’en demandait pas tant. Résultat : deux buts en treize minutes pour l’Irlandais, auteur d’un doublé plein de réalisme (30e et 43e).

Dans un Celtic Park qui avait perdu son lustre d’antan, le Stade Rennais, privé d’Apam, Kana-Biyik et de l’attaquant Kembo-Ekoko, a fait illusion lors de ces quarante-cinq premières minutes. La seconde mi-temps ne changeait rien à l’affaire. Un but du remplaçant Hooper (82e) et l’expulsion de leur milieu de terrain, Yann M’Vila (86e) dans la foulée donnaient même encore plus de relief au naufrage rennais. Avec deux défaites et deux matches nuls, les Bretons sont derniers et ne totalisent que deux points à l’issue de cette 4e journée de Ligue Europa. Un bien faible ratio alors que l’Atlético Madrid et l’Udinese ont pris le large dans ce groupe I avec 7 unités chacun.

Désormais, les Rennais n’ont plus le choix. Pour éviter que l’aventure continentale ne s’achève prématurément, ils devront l’emporter lors des deux prochaines journées. Le 30 novembre, ce sont les Italiens du Frioul qui se déplaceront au stade de la Route de Lorient. Frédéric Antonetti et ses hommes savent ce qui leur reste à faire.