RMC Sport

Ligue Europa: mené 2-0, l'OL renverse le Sparta Prague et se rapproche de la qualification

Mené 2-0 et catastrophique pendant vingt minutes, l'OL a su rectifier le tir pour s'imposer sur le terrain du Sparta Prague (4-3), ce jeudi, et conforter la première place de son groupe en Ligue Europa. L'entrée de Lucas Paqueta à la pause a encore changé beaucoup de choses.

Sauf énorme surprise, il devrait y avoir au moins un club français en huitièmes de finale de la Ligue Europa. Après avoir fait tomber les Glasgow Rangers (2-0) et Brondby (3-0), Lyon est allé renverser le Sparta Prague (4-3), ce jeudi, lors de la troisième journée de la phase de groupes de la Ligue Europa. Avec neuf points au compteur, le sixième de Ligue 1 trône en tête de la poule A avant d’attaquer la phase retour, avec cinq points d’avance sur son adversaire du soir et six sur les Rangers.

>> Ligue Europa: revivez Sparta Prage-OL (3-4)

Vingt premières minutes cauchemardesques

En l’absence de Lucas Paqueta, laissé sur le banc au coup d’envoi en raison d’un retard à la causerie d’avant-match, selon les informations de Canal+ et L’Equipe, on pouvait s’attendre à voir briller Houssem Aouar, Karl Toko Ekambi ou Xherdan Shaqiri chez l’actuel deuxième du championnat tchèque. Mais le show a d’abord été assuré par un certain Lukas Haraslin. Un ailier slovaque de 25 ans jusqu’alors inconnu ou presque, formé à Parme, puis passé par la Pologne, avant d’atterrir à Sassuolo l’an dernier et d’être envoyé en prêt au Sparta Prague.

Alors qu’il n’avait encore jamais marqué de sa carrière sur la scène européenne, le natif de Bratislava n’a eu besoin que de vingt minutes pour coller deux buts à l'OL, bien aidé, il est vrai, par l’entame totalement ratée des hommes de Peter Bosz. Méconnaissables, incapables de gagner le moindre duel, ces derniers ont craqué d’entrée sur une frappe sèche du dénommé Haraslin déviée de la cuisse par Jason Denayer (4e). En feu, le numéro 22 du Sparta s’est chargé de faire le break (19e) et d’enflammer un peu plus une Generali Arena bouillante. Dos au mur, secoué comme rarement ces dernières semaines, l’OL a décidé de se réveiller dans la foulée de ce deuxième but encaissé.

Paqueta et Toko Ekambi en feu

Avec plus d’engagement, des transmissions mieux assurées, un pressing plus incisif et des occasions, enfin. Trois minutes après un face-à-face perdu par le maladroit Tino Kadewere (38), Toko Ekambi, lui, n’a pas tremblé au moment d’ajuster Florin Nita, sur un joli service de Boateng (41e). Le début de la révolte lyonnaise. Et le début de la fin pour des Tchèques tout de suite pris à la gorge au retour des vestiaires. Comme samedi face à Monaco (2-0), l’entrée de Lucas Paqueta, si juste techniquement, a changé beaucoup de choses. Comme celle d’Emerson à la place de Henrique. Bien plus tranchants, les Gones sont parvenus à égaliser au terme d’une belle action collective conclue par le capitaine Aouar (53e).

Puis Paqueta a surgi pour envoyer le ballon dans la lucarne à la réception d’un centre de Toko Ekambi (67e). Même réduit à dix après l’exclusion de Malo Gusto pour un deuxième carton jaune plus qu'évitable (74e), Lyon n’a pas lâché et s'est même permis d'inscrire un quatrième but grâce à Toko Ekambi. Sa cinquième réalisation cette saison en trois rencontres de Ligue Europa. Buteur au bout du suspense, Ladislav Krejci a lui relancé le suspense un peu trop tard pour les locaux (90e+6). Pour Lyon, cette victoire assez folle est idéale pour la confiance avant un autre rendez-vous important, ce dimanche, à Nice, pour la onzième journée de Ligue 1.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue Europa

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport