RMC Sport

Luis Fernandez comme à la maison

Luis Fernandez

Luis Fernandez - -

Parfait trait d'union entre l'Athletic Bilbao (qu'il a dirigé) et le PSG (pour lequel il a joué et qu'il a également entraîné) qui s'affrontent ce jeudi en Ligue Europa, Luis Fernandez s'est rappelé du bon temps passé au pays Basque. Souvenirs, souvenirs.

Juin 1998. De l’autre côté des Pyrénées, Luis Fernandez est une idole. Une star qui fait découvrir la Ligue des champions aux fans de l’Athletic Bilbao, qu’il a dirigé de 1996 à 2000. « C’était fou… Avec des joueurs basques, je devais faire avec une culture et une philosophie particulières. Mais, il n’y a que des bons souvenirs ». Plus que des souvenirs, le consultant de RMC Sport reste marqué à vie par l’ambiance de San Mamés : « Quand l’équipe rentre dans ce stade, elle ne peut pas tricher. Elle donne tout ce qu’elle a. Puis, San Mamés ressemble à un stade anglais avec un public très proche. Ça hurle, mais ça reste correct. C’est vraiment exceptionnel à vivre ».

Mais au-delà de l’enceinte surnommée la Cathédrale, l’ancien milieu de terrain de l’AS Cannes n’a surtout pas oublié les fidèles socios : « Chaque jour à l’entraînement, tu as 400 personnes. Donc en tant qu’entraîneur, tu dois bien comprendre la philosophie du club. Au pays Basque, il ne faut surtout pas s’égarer parce que sinon… »

Au gré de ces quatre années passées à Bilbao, Luis Fernandez a eu le temps de s’habituer au cadre idyllique du pays Basque. Pêche, tapas, football, Le sélectionneur d’Israël en a bien profité : « J’étais chouchouté. D’ailleurs, si demain j’ai l’opportunité de revenir à Bilbao, j’y vais les yeux fermés ». Même approché par de grandes écuries, Luis Fernandez n’a jamais pensé quitter Bilbao : « J’aurais pu partir avant parce que j’avais des propositions de Valence et du Real Madrid. Mais je suis resté à Bilbao. D’ailleurs, ce que j’avais là-bas, je ne l’ai plus jamais retrouvé ensuite. J’aurais aimé resté vingt ans là-bas comme Ferguson à Manchester. Je me sentais fort ».

Quand Fernandez se chauffe avec Mourinho

Tellement fort qu’un soir de novembre 1996, Luis n’hésite pas à envoyer valdinguer José Mourinho, alors adjoint de Bobby Robson au FC Barcelone : « Ce soir-là, on avait battu le grand FC Barcelone avec Ronaldo, Guardiola, Figo. A la fin, c’était même un peu chaud… ». Un échange musclé entre Luis Fernandez et le Lusitanien survient alors : « Oui, on s’est accroché. Mais j’ai dit à Mourinho que je ne parlais qu’au numéro 1. Lui était numéro 2… Mais depuis, on s’est recroisé et il n’y a pas de problème ».

Quatre ans après cet incident qui participe à sa légende, Luis Fernandez fait ses adieux à San Mames. Un moment particulier pour celui qui a grandi dans la banlieue lyonnaise : « Je me rappelle de mon dernier match. Je suis rentré dans le vestiaire et les joueurs m’ont dit : « Il faut que tu sortes, ils t’attendent tous. Et quand je suis revenu sur le terrain, les 30 000 supporters étaient là pour me dire au revoir. C’était fort…».