RMC Sport

Hegerberg: "Il est crucial qu'on ne soit pas reléguées dans l’ombre"

"On ne doit pas être reléguées dans l'ombre": Ada Hegerberg, Ballon d'Or 2018, estime dans un entretien à l'AFP que la crise sanitaire ne doit pas interrompre le fragile essor du football féminin.

La crise sanitaire liée au coronavirus va-t-elle contrarier l’essor du football féminin en Europe et dans le monde ? C’est la crainte de l’attaquante norvégienne de l’OL Ada Hegerberg. Pendant le confinement, la joueuse de 24 ans a fait le choix de rester à Lyon, "(s)on club", où elle a "tout sous la main" pour terminer la rééducation de son genou droit, mais elle s'inquiète des effets de la pandémie de coronavirus sur sa discipline et appelle les footballeuses à "continuer à se battre pour (leurs) droits".

>> OL féminin: vers une baisse de salaire des joueuses

Hegerberg: "Le foot féminin en est encore à ses premiers pas"

"Il est primordial que le football féminin ne perde pas sa place, a estimé à l’AFP Ada Hegerberg. Le foot masculin passe en premier, avec toutes les questions concernant l'argent et la reprise des championnats, mais il est aussi très important que le foot féminin continue sa progression. On sera au second plan durant toute la durée du confinement, mais il est crucial qu'on ne soit pas reléguées dans l'ombre. Le foot féminin en est encore à ses premiers pas, donc on doit continuer à se battre pour nos droits."

La paralysie de l’économie du football fait craindre des lendemains difficiles pour le foot féminin, qui pourrait être relégué plus qu'il ne l'est déjà. L’Euro féminin 2021 a déjà laissé place à l’Euro masculin. "C'est un vrai débat, a admis la Norvégienne. Je comprends l'importance des droits TV, parce que nous, on en profite aussi. On a aussi besoin du foot masculin pour être stable, et pour se développer jusqu'à ce que l'on soit en mesure de vivre par nos propres moyens. On voit que les plus gros clubs sont en difficulté, donc on peut imaginer à quel point cette crise va affecter les équipes féminines."

Avec AFP