RMC Sport

FFF: Michel Moulin officiellement candidat à la présidence

Michel Moulin a confirmé ce vendredi sa candidature à la tête de la Fédération française de football. Dans un entretien accordé au Figaro, l’homme d’affaires et ancien dirigeant du PSG souhaite remettre l’instance au service des clubs et prône une plus grande décentralisation des pouvoirs.

En attendant de savoir si Noël Le Graët, président sortant, se portera candidat à un troisième mandat, un nouvel prétendant a fait acte de candidature à la tête de la FFF. Après Frédéric Thiriez le 15 décembre, Michel Moulin s’est officiellement lancé dans la course ce vendredi via une interview accordée au journal Le Figaro.

"J’ai mal à mon football, celui que j’aime est quasi-mort. Le football amateur est en fin de vie et pas seulement en raison de la crise du Covid-19, a lancé le fondateur des journaux ParuVendu et Le10Sport. Il y a moins de licenciés chez les hommes. On perd des bénévoles et sans bénévoles, pas de football. […] J’ai failli être joueur professionnel et j’ai des diplômes d’entraîneur. J’ai été dirigeant de clubs amateurs et professionnels. Toutes ces expériences me font penser que j’ai la capacité à diriger la FFF en m’entourant de gens de très grande qualité."

Moulin juge la FFF "trop parisienne"

Personnalité à part dans le football français, Michel Moulin a notamment exercé des fonctions de directeur sportif au Red Star ou à Istres avant de devenir conseiller sportif au PSG en 2008 après le départ du président Alain Cayzac. Un vécu qui lui fait regretter la place accordée aux clubs amateurs par la FFF sous la présidence de Noël Le Graët.

"Il faut que la fédération soit au service des clubs et pas l’inverse. Elle n’a aucune reconnaissance pour le monde amateur, même en cette période difficile du Covid-19, a encore constaté le candidat à la présidence de l’instance. […] Aujourd’hui, il n’y a plus d’équipe. Je veux recruter des centaines d’éducateurs et nommer un responsable pour chacun des 100 districts afin de venir au soutien des clubs sur le plan administratif et financier au quotidien."

Et le challenger de poursuivre avec une nouvelle charge contre le fonctionnement actuel de la fédération: "Il faut décentraliser la FFF, trop parisienne, et que les présidents de Ligue et de district soient rémunérés comme de vrais chefs d’entreprise avec des objectifs chiffrés, a analysé Michel Moulin. Les éducateurs du foot devraient aussi être payés à leur juste valeur. On a perdu beaucoup d’arbitres bénévoles. A ce rythme-là, le football va mourir en France dans les dix années qui viennent."

Une liste hétéroclite de soutiens

En promettant également de réduire les salaires des dirigeants au siège de la FFF, Michel Moulin a indiqué vouloir être un président bénévole, contrairement à ses prédécesseurs. Pour diriger le football tricolore en cas de victoire lors de cette élection, l’homme d’affaires affirme bénéficier du soutien de nombreuses personnalités issues du sport mais pas seulement, comme Max Guazzini, l’ancien président du Stade Français, ou encore David Douillet et même Bernard Squarcini (ex-directeur central du renseignement intérieur en France) ou la journaliste Christine Kelly. 

Au niveau des footballeurs, Michel Moulin a nommé certains anciens grands noms du football français parmi ses proches. "Des joueurs sont aussi avec moi comme Peguy Luyindula, Kader Ferhaoui, Pascal Olmeta, a assuré le candidat. […] Fabien Barthez, Eric Di Meco et Daniel Bravo sont également derrière moi."

Initialement prévue à la mi-décembre, l’élection présidentielle à la FFF a finalement été reportée au 13 mars 2021. A un peu plus de deux mois du scrutin, l’opposition s’organise face à Noël Le Graët.

JGL