RMC Sport

FFF : trois hommes en campagne

-

- - -

A moins d’une semaine des élections pour la présidence de la FFF, Fernand Duchaussoy, Noël Le Graël et Eric Thomas, les trois candidats, ont profité de leur dernier week-end de campagne pour être sur tous les fronts. Reportage.

Ce week-end, il était bien difficile d’échapper à la course à la présidentielle. Pas celle de 2012, mais bien celle de la Fédération française de football (FFF) qui aura lieu samedi à Paris. Autant dire que les trois candidats officiels étaient sur tous les fronts. A moins d’une semaine du jour J, Fernand Duchaussoy, actuel patron de la FFF, son vice-président Noël Le Graët et Eric Thomas, président de l’Association française de football amateur, abattent leurs dernières cartes. Objectif : séduire les présidents de Ligues et de districts pour influer sur le vote.

Pour les deux grands favoris, le week-end était placé sous le signe des jubilés. Celui de Bernard Lama samedi au Parc des Princes et celui d’Olivier Rouyer dimanche au stade Marcel-Picot à Nancy. Deux places stratégiques. A Paris, Fernand Duchaussoy n’a pas manqué de souligner que le Guyanais, sur sa liste, était gardien de but, comme lui. « Il y a une solidarité entre gardiens », a-t-il plaisanté dans les couloirs du Parc où on l’a parfois vu déambuler, hagard. Fatigué ? «J’étais en Rhône-Alpes ce matin (samedi), à Besançon vendredi soir, explique-t-il. J’essaie de faire la tournée des Ligues mais je suis en retard à cause l’assemblée de la FIFA et de l’équipe de France. »

Duchaussoy-Le Graët, marquage à la culotte

Chez lui aux côtés de l’ancien portier du PSG, Duchaussoy s’est rendu en terrain « hostile », à Nancy, dimanche pour le jubilé d’Olivier Rouyer. Dans le club présidé par Jacques Rousselot, présent sur la liste de Noël Le Graët, il a croisé son grand rival, lequel s’est éclipsé avant même la fin de la rencontre entre le Variétés Club de France et les Nancéiens de 1978 (4-3). Un vrai marquage à la culotte. « Nous sommes en campagne, constate Rousselot. Nous avons vu ce matin les présidents du District de Lorraine. » La présence du très influent Michel Platini vaut aussi son pesant d’or. Samedi, Bernard Desumer, un autre « lieutenant » de Noël Le Graët, n’a pas manqué l’assemblée générale de Lorraine à laquelle participait l’actuel patron de l’UEFA. Nul doute que les deux hommes ont évoqué les prochaines élections...

Pendant ce temps, très loin de toute cette agitation, Eric Thomas, 43 ans, tentait de se faire un nom dans la Nièvre, sa région natale. « Mais qui êtes-vous ? », lui ont demandé des jeunes footballeurs présents à La Charité-sur-Loire pour le Tournoi International de l’Avenir. Avec son pull marinière qui n’est pas sans rappeler le maillot de l’équipe de France, le président de l’Association française de football amateur a pu constater qu’il souffrait d’un gros déficit de notoriété. Aux côtés de son fils, qui joue à Mont-Louis, et de son frère, qui tenait la buvette, Thomas défend ses idées avec ses moyens. C’est-à-dire pas grand-chose. Après une journée de repos ce lundi, il appellera personnellement tous les présidents de Ligues et de Districts. Près de 120 coups de fil. « Parce que ce n’est pas facile de se déplacer par ses propres moyens. » En tout cas pas dans sa situation, pour l’instant.