RMC Sport

Fifa: les deux derniers jokers de Platini pour espérer être blanchi

Suspendu huit ans de toute activité liée au football, Michel Platini peut faire appel devant le TAS, mais devra au préalable en passer par la chambre de recours de la Fifa. Le temps joue contre l’ancien n°10 des Bleus qui a jusqu’au 26 janvier pour voir sa candidature à la présidence de la Fifa enregistrée, même si l’essentiel est désormais ailleurs : sauver son image et rétablir son honneur.

Le chrono est lancé. Sanctionné huit ans de toute activité liée au football, Michel Platini -qui souhaite toujours succéder à Sepp Blatter à la présidence de la Fifa le 26 février- est plus que jamais lancé dans un contre-la-montre infernal.

La chambre de recours de la Fifa avant le TAS

Les avocats de Michel Platini ne se faisaient pas d'illusion, ils peuvent désormais en être certains : le Lorrain devra faire appel auprès de la chambre des recours de la Fifa avant de saisir le Tribunal Arbitral du Sport. Pour pouvoir saisir directement le TAS et favoriser une procédure accélérée, il aurait fallu un accord de la commission d'éthique de la Fifa. Or, selon nos informations cette dernière n'a pas l'intention de donner son accord et va contraindre Michel Platini à passer par la chambre des recours de la Fédération Internationale.

Pour expliquer cette décision une source proche de la FIFA nous explique que le code éthique de l'institution oblige à passer par la chambre d'appel de la Fifa avant de saisir le TAS. Cette décision aura forcément pour effet de ralentir le calendrier et la candidature de Michel Platini devient hautement improbable.

Dead-line le 26 janvier

Le temps s’annonce donc précieux pour l’ancien n°10 des Bleus, alors que la date butoir de l’enregistrement des candidatures à la présidence est fixée au 26 janvier. Mais cet objectif initial parait presque dérisoire. Michel Platini, qui a parallèlement décidé de saisir la justice civile, aspire désormais à laver son honneur et rétablir son image. 

la rédaction avec AA