RMC Sport

Fifa: M.Valls et T.Braillard soutiennent Platini

Michel Platini

Michel Platini - AFP

Une procédure pénale a été ouverte par la justice suisse à l’encontre du président de la Fifa, Sepp Blatter. Michel Platini a été entendu à propos d’un "paiement déloyal" de 2 millions de francs suisses effectué pour lui par Sepp Blatter.

L’essentiel :

- une procédure pénale ouverte contre Blatter par la justice suisse

- soupçons de "gestion déloyale " et "subsidiairement d’abus de confiance"

- Platini entendu à propos d’un "paiement déloyal" de Blatter en sa faveur

Toutes les infos et réactions en direct

21h30 : "Extrêmement déprimant" pour F.Duchaussoy

"J’ai confiance, je connais bien Michel Platini, explique Fernand Duchaussoy, l’ancien président de la FFF. Je connais aussi son amour du football et j’ai totalement confiance en lui. Mais toutes ces affaires qui sortent à l’heure actuelle, qu’elles soient vraies ou supposées, jettent quand même un discrédit sur notre sport… Et je trouve que pour tous ceux qui s’occupent des jeunes en France et ailleurs, c’est quand même extrêmement déprimant."

21h10 - T.Braillard sur RMC : "Je crois à la sincérité, à l’honnêteté de Michel Platini"

Secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard est confiant pour Michel Platini. "Les infos que j’ai, à titre personnel, me font penser qu’on peut être entendu pour apporter des éléments et que ce n’est pour cela qu’on va faire l’objet de poursuites, d’une sanction, a-t-il expliqué sur RMC. Je crois à la sincérité, à l’honnêteté, à la détermination de Michel Platini. Restons zen. Il sera le plus à même de rénover en profondeur cette institution, pour qu’on ne parle plus de fric mais de football."

20h40 - M.Valls sur RMC : "Platini a toutes les qualités pour diriger la Fifa"

Manuel Valls, le Premier ministre, est persuadé que l’affaire du jour à la Fifa ne gênera pas l’avancée de Michel Platini vers la présidence. "Le mouvement sportif a besoin d’éthique et de transparence, a-t-il expliqué sur RMC. Nous avons la chance d’avoir un très grand dirigeant du monde sportif, qui est Michel Platini. Il a été un grand sportif, un grand dirigeant de l’UEFA. Il a toutes les qualités pour diriger la Fifa. Je ne peux pas faire plus de commentaires, sinon d’apporter mon soutien et mon amitié à Michel Platini."

20h00 : Platini se défend 

Entendu pour un paiement effectué en sa faveur par Sepp Blatter, Michel Platini évoque un "montant versé pour un travail accompli de manière contractuelle pour la Fifa". 

"En ce qui concerne le paiement qui a été effectué en ma faveur, je désire clarifier que ce montant m'a été versé pour le travail que j'ai accompli de manière contractuelle pour la Fifa et je suis satisfait d'avoir pu éclaircir ce point envers les autorités", explique Michel Platini dans un communiqué transmis à l’AFP.

19h15 - Louis Nicollin : "Platini n’est pas bête"

Grand ami de Michel Platini, Louis Nicollin ne croit pas à une éventuelle irrégularité de la part de Michel Platini. "Ça me paraît impossible, a indiqué le président de Montpellier sur RMC. Je connais Michel, son honnêteté. En plus, il n’en a pas besoin (d’argent, ndlr). Je n’y crois pas. Michel n’est pas bête. S’il avait trempé dans quoi que ce soit, il n’irait pas se présenter à la Fifa. Sachant que l’autre (Sepp Blatter) allait lui mettre toutes les peaux de bananes."

19h05 - Vendroux : "Platini a simplement été payé pour un boulot qu’il a fait"

"Tout le monde est persuadé, là, que Michel Platini est corrompu, regrette Jacques Vendroux, journaliste de Radio France et proche du président de l’UEFA. Il a fait un boulot et il a été rémunéré en bonne et due forme. C’est tout. Pourquoi neuf ans après ? Parce que nous sommes en pleine guerre, qu’il y a des règlements de compte. Parce que Platini, dans cette affaire, a été le seul qui est allé voir Blatter en vrai, les yeux dans les yeux, pour lui dire : « Ecoute Joseph, je t’aime bien mais je pense que tu es un peu fatigué, donc il ne faut pas que tu te présentes une cinquième fois ». Donc l’autre est vexé, il essaye de trouver des trucs, de faire plonger Michel. Mais ceux qui connaissent bien Michel… Il n’est surtout pas corrompu. Moi, je prends sa défense parce que je le connais et je sais mieux que quiconque que tout ça est faux. Il a simplement été payé pour un boulot qu’il a fait."

18h39 : Blatter "coopère"

L’avocat de Sepp Blatter fait savoir que le président de la Fifa "coopère". "M. Blatter coopère et nous sommes sûrs que quand les autorités suisses auront la possibilité de vérifier les documents et les preuves, ils verront que le contrat a été préparé dans les règles par le personnel de la Fifa (...) et qu'il n'y a pas eu de mauvaise gestion", indique Richard Cullen dans un communiqué. 

18h34 : "Platini savait très bien qu’il allait prendre des coups"

"Les autorités judiciaires font leur boulot, explique Thierry Granturco, avocat, spécialiste du droit du sport. Ceux qui ont été arrêtés, manifestement, parlent. La Fifa est maintenant atteinte à son sommet puisque M.Blatter est soupçonné à son tour d’actes particulièrement graves. Aujourd’hui, Michel Platini est témoin. Sepp Blatter est inculpé, c’est une grande différence. Quand Michel Platini s’est lancé dans la course à la présidence de la Fifa, je pense qu’il savait très bien qu’il allait prendre des coups bas. Ça fait 17 ans qu’il navigue dans les instances dirigeantes de la Fifa. Je n’imagine pas que Michel Platini se soit lancé sans avoir anticipé le fait qu’il allait prendre des coups. C’est juste impensable. L’homme est trop intelligent et il est trop bien conseillé pour savoir qu’en allant en frontal avec Sepp Blatter, il allait prendre des coups. Protège-tibias ou pas."

18h25 - Leboeuf : "J’espère que Platini pourra se défendre"

"Michel Platini est mon idole, souligne Frank Leboeuf, membre de la Dream Team RMC Sport. Pour moi, il a été le plus grand joueur du monde. Il a été sans doute celui qui m’a inspiré le plus quand j’étais petit. On a toujours cette image d’un homme parfait. Mais j’ai grandi et j’ai appris qu’il avait travaillé avec Blatter, qu’il avait été son conseiller. On voit énormément d’affaires. Si ça touche les grands chefs, ça éclabousse un petit peu à côté. Je me disais qu’à un moment donné, Michel Platini, surtout qu’il était en concurrence avec Sepp Blatter, allait être éclaboussé. J’espère qu’il pourra se défendre et expliquer tout ça. Ce qui m’inquiète, c’est ce paiement effectué en 2011, juste après l’obtention par le Qatar de la Coupe du monde 2022. Michel Platini avait voté pour le Qatar. J’espère qu’il pourra donner une autre image de la Fifa."

18h17 : "Platini travaillait sur le calendrier international"

"Michel Platini a accompagné Sepp Blatter suite à son élection sur des questions de réforme du jeu et entre autres, celle du calendrier international, explique François Manardo, ancien collaborateur du président de l’UEFA. Il était question d’harmoniser les calendriers des championnats du monde entier. On peut penser que cette somme allouée au titre de son travail de conseiller est importante."

18h09 : "Blatter aurait peut-être dû agir un peu plus vite"

"Sepp Blatter n’a pas besoin de s’enrichir parce que je pense qu’il a un bon salaire à la FIFA, estime Thomas Burgener, homme politique suisse et vieil ami de Sepp Blatter. Pour le cas où il devrait être condamné, ça serait bien sûr décevant. Il aurait peut-être dû agir un peu plus vite pour faire de l’ordre à l’intérieur de la FIFA mais pour le moment, il a toujours la présomption d’innocence."

18h05 : "Pas anodin" pour Platini

Henry Peter, avocat, spécialiste des fédérations sportives, comprend pourquoi Michel Platini a été entendu par la justice suisse dans le cadre de la procédure pénale ouverte contre Sepp Blatter, le président de la Fifa. "Payer 2 millions de francs suisses en février 2011 pour des travaux prétendument effectués entre janvier 1999 et juin 2002, c’est-à-dire plus de dix ans plus tôt, je suppose que c’est relativement difficile à justifier. C’est la raison pour laquelle il est mis en cause. Ce n’est pas tout à fait anodin."

18h00 : "En substance, il s’agit de corruption"

"La qualification est compliquée, explique Henry Peter, avocat, spécialiste des fédérations sportives. En Suisse, il n’y a pas de corruption privée. En substance, il s’agit de corruption. Comme ce délit n’existe pas en l’état, on utilise deux autres délits existants pour arriver au même but. C’est-à-dire sanctionner les comportements pénalement illicites commis ici par un président en faveur d’un vice-président, Jack Warner, dans le cas des droits TV cédés à des prix complètement sous-évalués."

17h55 : "des délits extrêmement graves en Suisse" selon un avocat

"Il y a deux délits, explique Henry Peter, avocat, spécialiste des fédérations sportives. La gestion déloyale, c’est le cas où des intérêts pécuniaires de la Fifa sont confiés à son président, Sepp Blatter, et utilisés de façon contraire à ce qu’il devrait faire. Et l’abus de confiance, c’est le cas où une personne se procure ou procure à un tiers, ici Platini, un enrichissement illégitime. La peine privative peut aller jusqu’à trois ans dans le premier cas et cinq ans dans le deuxième cas. Ce sont des délits extrêmement graves en Suisse."

17h40 - Courdier : "Platini n’est pas un homme d’argent"

"C’est une énorme surprise pour Platini, explique sur BFM TV, Dominique Courdier, directeur de News Tank Football. Je crois qu’il est bien trop tôt pour parler de corruption. Paiement déloyal, on ne sait pas vraiment ce que ça signifie pour le procureur suisse. Pour le connaître, Michel Platini n’est pas un homme d’argent. L’argent n’a jamais été son moteur. (…) Si les faits sont avérés, si Michel Platini est mis hors course (pour la présidence de la Fifa, ndlr), ce serait un tremblement de terre sur la planète football."

17h35 - Larqué : "Je suis inquiet pour la carrière de Platini"

"Je suis KO, explique Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC Sport. J’imaginais que, sans doute, monsieur Blatter n’avait pas les mains propres et qu’elles étaient même très, très sales. Mais je n’imaginais pas que Michel Platini, éventuellement, pouvait avoir trempé dans ce genre de corruption. On va attendre. Mais je n’imagine pas non plus que la justice suisse ait lancé une procédure pénale contre monsieur Blatter sans avoir de très, très sérieuses preuves de ce qu’elle avance. Donc je suis inquiet pour la suite de la carrière de Michel Platini et pour la suite du football, tout simplement."

17h20 : Platini a fourni "des éléments de preuve"

L’agence Reuters indique que "selon une source judiciaire suisse, Michel Platini (…) a fourni des éléments de preuve aux enquêteurs chargés du dossier Blatter".

16h50 : Platini entendu

Michel Platini, le président de l’UEFA, candidat à la présidence de la Fifa, a été entendu "en qualité de personne appelée à donner des renseignements". La justice suisse reproche à Sepp Blatter d’avoir effectué au Français un "paiement déloyal" de 2 millions de francs suisses (1,8 M€) en 2011, pour des travaux de 1999 à 2002. Michel Platini était alors conseiller spécial de Sepp Blatter, élu président de la Fifa en 1998.

16h45 : une procédure pénale ouverte contre Blatter

Le bureau du procureur a annoncé ce vendredi avoir ouvert une procédure pénale à l’encontre du président de la Fifa, sur des soupçons de "gestion déloyale " et "subsidiairement d’abus de confiance". La justice suisse "soupçonne Joseph Blatter d’avoir signé un contrat défavorable à la FIFA avec l’Union caribéenne de football", dont Jack Warner était le président.

"D’autre part, il existe un soupçon que, dans l’exécution de ce contrat, Joseph Blatter ait également agi de manière contraire aux intérêts de la FIFA, respectivement de FIFA Marketing & TV SA, en violation de ses devoirs de gestion", poursuit la justice suisse dans son communiqué de presse.