RMC Sport

Fifa : Blatter visé par une procédure pénale, Platini entendu

La justice suisse a annoncé ce vendredi avoir ouvert une procédure pénale à l’encontre de Sepp Blatter, le président de la Fifa.

Sepp Blatter est cette fois officiellement dans le collimateur de la justice suisse. Le bureau du procureur a annoncé ce vendredi avoir ouvert une procédure pénale à l’encontre du président de la Fifa, sur des soupçons de "gestion déloyale " et "subsidiairement d’abus de confiance". La justice suisse "soupçonne Joseph Blatter d’avoir signé un contrat défavorable à la FIFA avec l’Union caribéenne de football", dont Jack Warner était le président.

"D’autre part, il existe un soupçon que, dans l’exécution de ce contrat, Joseph Blatter ait également agi de manière contraire aux intérêts de la FIFA, respectivement de FIFA Marketing & TV SA, en violation de ses devoirs de gestion", poursuit la justice suisse dans son communiqué de presse. Michel Platini est également concerné. Le président de l’UEFA, candidat à la présidence de la Fifa, a d’ailleurs été entendu "en qualité de personne appelée à donner des renseignements".

Platini entendu à propos d’un paiement

"Il est reproché à Joseph Blatter un paiement déloyal de 2 millions de francs suisses (1,8 M€) en faveur de M. Michel Platini, Président de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA), au préjudice de la FIFA, prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002. Ce paiement a été exécuté en février 2011."

A l’époque de ces travaux, Michel Platini était le conseiller spécial de Sepp Blatter, élu président de la Fifa en 1998. L’ancien numéro 10 des Bleus est ensuite devenu membre du comité exécutif de la Fifa puis président de l’UEFA en 2007, avec le soutien de Sepp Blatter. Une perquisition a été menée ce vendredi au siège de la Fifa, notamment dans le bureau de Sepp Blatter. "Des données ont été saisies", indique la justice suisse.

La Fifa coopère avec la justice suisse

Dans un communiqué, la Fifa indique qu’elle « coopère avec le bureau du procureur suisse depuis le 27 mai 2015 » et qu’elle « a répondu à toutes les demandes de documents, de données et d’autres informations », notamment lors de la perquisition ce vendredi à son siège, à Zürich. « Nous continuerons de coopérer pendant l’enquête », ajoute la Fifa, qui ne fera pas de commentaires à ce sujet pendant le travail de la justice suisse.