RMC Sport

Foot amateur: les sanctions sont tombées après l'agression d'une jeune arbitre

Le district du Val d'Oise a acté les sanctions contre un joueur et un dirigeant, coupables d'avoir insulté et agressé une jeune arbitre en octobre dernier.

La commission de discipline du Val d'Oise a décidé de frapper fort trois mois après des graves violences commises contre une jeune arbitre de 18 ans. Le 11 octobre dernier, Nada Benmerieme avait été prise à partie lors d'un match entre les équipes de JS Pontoisienne et du FC Ecouen, en 3e division du Val d'Oise des moins de 18 ans (U18). 

Elle avait arrêté à la rencontre à la 75e minute de jeu après avoir reçu un coup de coude dans la mâchoire. Plusieurs insultes sexistes avaient aussi été prononcées à son égard. Les incidents s'étaient poursuivis dans les vestiaires où elle s'était réfugiée. 

L'auteur des coups suspendu 6 ans

La commission de discipline a donc infligé six ans d'interdiction de jouer à l'auteur des coups, qui ne disposait même pas de licence. Il a été reconnu coupable "d'acte de brutalité envers officiel, propos discriminatoires et sexistes, fraude sur identité et circonstance aggravante".

Ce n'est pas le seul à payer le prix fort pour ces dérapages scandaleux. L'entraîneur de la JS Pontoisienne a écopé de trois ans de suspension pour "fraudes sur identité, envahissement de terrain à deux reprises, refus de quitter le terrain, tentative de coup à l'encontre d'un officiel pendant la rencontre et comportement menaçant envers officiel", selon le blog Arbitrez-vous.

L'équipe exclue la saison prochaine, l'affaire devant la justice? 

Un autre dirigeant du club a pris 18 mois de suspension pour menace pendant et après le match, comportement intimidant et propos discriminatoires. Absent au moment des faits, le président du club a écopé d'une suspension de six mois en sa qualité de responsable. Enfin, l'équipe U18 de la JS Pontoisienne sera, elle, exclue de toutes compétitions pour la saison 2021-2022. Joint par RMC Sport, le district a confirmé toutes ces sanctions. 

Deux autres sanctions ont également été prononcées. Une déléguée d'Ecouen a pris trois matches de suspension pour "non-assistance à officiel pendant et après la rencontre". Une dirigeante d'un club qui n'était pas impliqué, le Franconville FC, a, elle été sanctionnée de 18 matchs de suspension pour avoir tenu des propos insultants à l'encontre de la jeune arbitre sur les réseaux sociaux.

Voilà pour les sanctions sportives. Mais l'affaire n'est pas encore terminée. Selon Le Parisien, une plainte devrait être déposée au pénal. 

NC avec Léna Marjak