RMC Sport

France-Côte d'Ivoire : Serge Aurier, les Eléphants l’adorent (et le conseillent)

-

- - -

Dans le viseur des critiques après ses frasques à répétition, Serge Aurier va défier l’équipe de France, ce mardi à Lens, où il a été formé, sous le maillot de la Côte d’Ivoire (21h). Une sélection qui couve tout particulièrement le latéral droit du PSG, sur lequel elle pose un regard affectueux.

Depuis plusieurs mois, le public français est un peu moins attentif à ses feuilles de stats. Pourquoi ? Les raisons sont multiples. Un post déplacé envers un arbitre sur Instagram après la qualification du PSG pour les quarts de finale de la Ligue des champions il y a deux ans. Une sortie sur Periscope où il se payait la tête de plusieurs de ses coéquipiers (Sirigu, van der Wiel, Di Maria) avant de qualifier son entraineur de l’époque, Laurent Blanc, de « fiotte ». Et, plus récemment, ses démêlés avec la justice, où une altercation avec un policier (échange de coups) lui a valu deux mois de prison ferme, sanction pour laquelle l’ancien Toulousain a fait appel.

A lire aussi >> Drogba critique Aurier

Serge Aurier n’a pas vraiment la cote en ce moment en France et il pourra mesurer sa popularité mardi soir (21h), au moment d’affronter les Bleus - pour lesquels il aurait pu jouer - en match amical à Lens, où il a été formé, avec le maillot de la Côte d’Ivoire sur le dos. Une nation qui porte le latéral droit du PSG en haute estime et lui pardonne ses égarements. « Je regarde un peu le côté sportif : c’est un joueur exceptionnel avec d’énormes qualités. Mais le football est un jeu où il faut rester très discipliné en dehors du terrain, a confié Kolo Touré ce lundi dans Team Duga, sur RMC. Serge a fait beaucoup d’erreurs. Je sais qu’il continue à apprendre de ces erreurs. C’est un milieu difficile, un milieu où il y a beaucoup d’agents, beaucoup de tentations, beaucoup d’amis, beaucoup d’influences. Certains apprennent vite et d’autres ont un peu de mal. Serge passe des moments difficiles en dehors du football mais sur le terrain, c’est un très grand joueur. »

Dussuyer : « Il peut prendre encore plus de place »

Son coéquipier en sélection, Salomon Kalou, n’hésite pas à jouer les grands frères avec lui quand cela devient nécessaire. « On lui donne des conseils par rapport à sa carrière, mais aussi en dehors, assure l’ancien joueur de Chelsea. Je pense que c’est important pour lui qu’il comprenne que son statut change. Et quand il change, tu as toujours une sorte de tentation. Les critiques vont avec. C’est un garçon bien, qui a un bon fond. On a tous eu, jeunes, des moments d’égarement. Je sais que c’est un bon mec, qui donne tout pour son équipe et ses amis. Et il fait tout ça avec un bon sentiment. »

A lire aussi >> Aurier pas sanctionné pour son geste d'égorgement

S’il peine à rester constant en club, son sélectionneur, le Français Michel Dussuyer, se félicite de son engagement en sélection. Et le voit même grandir encore un peu parmi les Eléphants. « C'est un joueur important par le statut acquis à travers son travail. Aujourd'hui, il est dans un grand club en Europe, mais ça reste encore un jeune joueur (23 ans), rappelle le technicien. C'est quelqu'un qui a en lui une âme de leader, il prend sa place dans le groupe. On peut envisager, avec ses qualités humaines, qu'il prenne encore plus de place. On l'a souvent critiqué ici pour des erreurs qu'il a commises, mais c'est un garçon bien, avec un bon fond, quelqu'un de très apprécié dans le groupe ivoirien mais aussi dans celui de Paris. C'est quelqu'un qui sait se faire aimer, quelqu'un d'attachant. Il y a parfois des erreurs de jeunesse. » Que le public français aimerait ne plus voir se reproduire.