RMC Sport

Grèce: les arbitres en grève après le passage à tabac d'un des leurs

En soutien à l'un des leurs agressé à la sortie de son domicile, les arbitres évoluant en première division grecque ont débuté une grève illimitée ce jeudi. Le Panathinaïkos a soutenu la victime et dénoncé l'emprise de la mafia.

Comme souvent, le football grec fait parler de lui pour les mauvaises raisons. L'association des arbitres officiant en première division locale a annoncé ce jeudi qu'elle lançait un mouvement de grève illimité à la suite de la "lâche agression", selon ses termes, de l'un des siens mercredi.

"Nous exprimons notre indignation en ce qui concerne cette attaque lâche envers notre collègue Thanasis Tzilos et les attaques répétées que subissent nos arbitres. Nous n'allons pas laisser faire ceux qui essaient de nous terroriser", a-t-elle ajouté. L'arbitre en question a été agressé et blessé par quatre assaillants alors qu'il sortait de son domicile à Larissa, une ville du centre du pays.

"La mafia règne"

Selon l'agence nationale de presse Athens News Agency, il s'est fait poser à l'hôpital plusieurs points de suture à la tête, souffre de blessures aux jambes, et sera réexaminé par les médecins vendredi. Le dernier match arbitré par Tzilos remontait au 9 décembre, un Xanthi-Olympiakos (1-1) comptant pour la 13e journée du championnat.

L'agression dont a été victime l'homme au sifflet, ingénieur dans le civil, a été également condamnée par la Fédération et la Ligue, les clubs et le gouvernement. "Le football grec a touché le fond", a affirmé l'Olympiakos, tandis que le Panathinaikos a estimé "que la mafia prospère et règne dans le football grec".

AFP