RMC Sport

Harcèlement sexuel: Salah s'explique sur son soutien controversé à Warda

Défenseur des droits des femmes, Mohamed Salah avait suscité un tollé en apportant un soutien appuyé à son coéquipier égyptien Amr Warda, qui faisait l'objet d'accusations de harcèlement sexuel. Dans une interview à CNN, la star de Liverpool précise son propos et assure être toujours progressiste.

Peut-on se déclarer féministe, tout en soutenant un ami soupçonné de harcèlement sexuel? Confronté à ce dilemme, Mohamed Salah s'est justifié dans une interview accordée à la chaîne américaine CNN. L'ailier de Liverpool a été interrogé sur ses tweets évoquant une nécessité d'accorder une "deuxième chance" à son compatriote Amr Warda, exclu de la sélection égyptienne en raison de soupçons de harcèlement sexuel avant d'être réintégré durant la Coupe d'Afrique des nations.

"Ce que je voulais dire, c'est que c'est arrivé (le harcèlement sexuel, ndlr) avant et cela arrive encore, certifie Mohamed Salah. Il doit recevoir un traitement pour être sûr que cela n'arrivera plus. Je ne parle pas d'une personne en particulier, mais plus généralement: oui, ils ont besoin d'une 'réhabilitation'".

Il se considère toujours comme un allié des femmes

La vedette du championnat anglais assure néanmoins garder la "même" pensée progressiste concernant la défense des droits des femmes. Il réfute toute hypocrisie: "Les gens comprennent mal ce que je veux dire. Je dis que les femmes doivent bénéficier de leurs droits au Moyen-Orient. Avant tout, nous devons reconnaître qu'il y a un problème. Je sais que c'est très difficile de l'accepter, mais le problème s'ancre de plus en plus."

"Mon opinion, c'est que la femme a le droit de parler de n'importe quelle chose qu'elle n'aime pas, ajoute-t-il. Me concernant, je veux que ma fille, quand elle a un problème, se sente suffisamment soutenue pour être capable de venir me parler de son problème. La chose la plus importante, c'est la peur: une épouse qui a peur de son époux, de son père... C'est le point le plus important. La peur n'est bonne pour personne. Il faut s'occuper de ça".

Son image ternie en Égypte

En juin dernier, la sélection égyptienne avait été éclaboussée en plein milieu de sa Coupe d'Afrique des nations par des accusations de plusieurs femmes à l'encontre de l'ailier gauche Amr Warda. Des captures d'écran de commentaires obscènes attribués au joueur de 25 ans avaient fleuri sur les réseaux sociaux, avant que ne soit publiée une vidéo où on le verrait s'exhiber devant une femme. Une séquence dont l'authenticité n'a pu être vérifiée, mais qui a été massivement diffusée.

Mohamed Salah avait alors tweeté pour dire que son coéquipier "ne devrait pas être envoyé directement à la guillotine". Il avait également écrit: "Je crois aussi que nombreux sont ceux qui commettent des erreurs et peuvent changer pour le meilleur. (...) Nous devons guider et éduquer. Bannir n'est pas la réponse".

Amr Warda avait fini par être réintégré. Mais après son élimination prématurée, en huitièmes de finale, la sélection égyptienne avait été la cible de critiques et notamment qualifiée comme étant une "équipe de harceleurs" sur les réseaux sociaux.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour suivre la Premier League

JA