RMC Sport

Infantino : "Je veux voir le football grandir dans le monde entier "

Gianni Infantino

Gianni Infantino - AFO

Elu, ce vendredi, président de la Fifa au second tour, l’Italo-suisse Gianni Infantino nourrit de grandes ambitions pour son mandat.

Gianni Infantino, que ressentez-vous après votre élection comme président de la Fifa ?

Beaucoup d’émotion. Je voudrais m'adresser au personnel de la Fifa car ils ont traversé une période très difficile. Je crois en eux et nous allons faire de grandes choses ensemble. Je veux aussi m'adresser aux partenaires de la Fifa, les ligues, les clubs et les supporteurs et leur dire qu'ils seront fiers de ce que la Fifa fera pour le football. Nous entrons dans une ère nouvelle. Aujourd'hui durant ce congrès extraordinaire, des réformes de fond ont été adoptées. Nous allons travailler sans relâche pour faire en sorte que la réputation de la Fifa redevienne ce qu'elle mérite d'être. Nous devons ramener le football à la Fifa et la Fifa au football.

A quoi ressemblera la Fifa en 2020, année des prochaines élections ?

D'ici à 2020, je veux poursuivre un grand développement du football. Je veux voir des actions concrètes menées par la Fifa et par chaque fédération. Je veux voir le football grandir dans le monde entier. Si la Fifa a 5 milliards de dollars de recettes, ce ne doit pas être un problème de mettre 1,25 milliard à disposition des fédérations, c'est moins de 25% de ces recettes. Cela doit être la première priorité. Il faudra mettre la main à la pâte pour essayer de réduire nos coûts partout où ce sera possible. Ce ne sera pas facile.

Avez-vous un mot pour Michel Platini ?

Bien sûr que j’ai un mot pour lui. Je ne sais pas si j’ai mentionné un nom. Je pense n’avoir mentionné aucun nom. J’ai remercié tous ceux qui m’ont aidé dans cette aventure. Mais l’aventure commence maintenant. Et bien sûr que je remercie Michel Platini pour tout ce qu’il m’a appris, tout ce qu’il m’a donné, pour les neuf ans de travail qu’on a passés ensemble. J’ai une très, très forte pensée en ce moment pour Michel Platini. Croyez-moi.

La rédaction avec AA et JS à Zurich