RMC Sport

L’Espagne, la preuve par quinze

Le meilleur buteur de la Coupe des Confédérations incarne à merveille le souffle victorieux qui porte l'Espagne depuis de longs mois maintenant

Le meilleur buteur de la Coupe des Confédérations incarne à merveille le souffle victorieux qui porte l'Espagne depuis de longs mois maintenant - -

Désignée grande favorite de la Coupe des Confédérations, l’Espagne a signé, aux dépens de l’Afrique du Sud (2-0), son quinzième succès consécutif sur la scène internationale. Un record qui conforte l’actuel état de grâce vécu par le football ibérique.

A la rentrée prochaine, lorsqu’il s’agira, au bistrot du coin, chez des amis ou sur le banc de l’école de dresser la liste des prétendants à la victoire finale lors de la prochaine Coupe du Monde, le Brésil sera, comme à l’accoutumée, l’un des noms les plus cités. Mais il y aura également l’Espagne, championne d’Europe en titre. La Roja, souvent considérée comme talentueuse mais jamais victorieuse lors des phases finales des grandes compétitions, assume totalement son rang en Afrique du Sud lors de la Coupe des Confédérations. Les hommes de Vicente Del Bosque alignent les succès, trois déjà dans cette compétition.

Que ce soit la trop tendre Nouvelle-Zélande, les courageux Irakiens ou l’empruntée Afrique du Sud, aucune des nations précitées n’a été en mesure de calmer les ardeurs de la sélection espagnole. Certes, au prochain tour, ce ne sera plus vraiment la même chanson pour des Ibériques qui pourraient en découdre avec les Etats-Unis, l’Egypte, l’Italie ou le Brésil avec qui ils partagent désormais un point commun. Celui du nombre de matches consécutifs sans défaite (35), performance établie par la Seleçao entre décembre 1993 et janvier 1996. Surtout, avec 15 victoires d’affilée, l’Espagne fait mieux que la France (2003-2004), l’Australie (1996-1997), le Brésil (1997) qui avaient tous buté sur la quatorzième marche.

C’est lors de la demi-finale de l’Euro 2008 et un succès devant la Russie (3-0), le 26 juin dernier à Vienne que la troupe de Vicente Del Bosque a entamé sa formidable série. « Nous sommes très fiers, confie le milieu de terrain Xavi. 15 victoires de rang, c'est un privilège, un honneur. Il faut maintenir ce niveau de performance, c'est à vous de dire si on est ou pas la meilleure équipe du monde, moi je ne sais pas. » La qualité actuelle de ces joueurs (Xavi, Fernando Torres, David Villa) et le jeu chatoyant développé depuis le sacre de l’Euro font de cette Espagne-là l’actuel ogre du football international. Mieux, cette formation, qui a longtemps souffert du manque d’harmonie et de liant entre les joueurs du Real Madrid et du FC Barcelone, voit tous ses éléments partager la même philosophie de jeu. L’avenir lui tend les bras désormais.

La rédaction