RMC Sport

L'OM passe le test

Giannelli Imbula

Giannelli Imbula - AFP

Vainqueur de Saint-Etienne (2-1) au Vélodrome après une entame de match très réussie, le Marseille de Marcelo Bielsa continue d’accumuler les points et de faire grandir ses certitudes. Tout en restant leader du championnat avec une sixième victoire consécutive.

Jusqu’ici, il subsistait un doute. Bien sûr, l’OM avait aligné les bons résultats et montré du beau jeu depuis le début de la saison. Mais le niveau de l’adversité laissait encore matière à réflexion. Avec aucune équipe qui avait terminé dans le top 10 de la saison dernière pour leurs sept premiers matches, les hommes de Marcelo Bielsa ne pouvaient pas se plaindre de leur calendrier. Logique, donc, de constater l’énorme attente autour du premier choc de l’exercice au Vélodrome avec la réception, ce dimanche, d’un Saint-Etienne sans aucun doute rangé parmi les meilleures équipes de notre championnat.

L’impatience régnait. 90 minutes plus tard, elle a laissé place à une confirmation. Aucun doute, il faudra bien compter avec l’OM cette saison. Leader avant cette 8e journée de L1, le club phocéen le reste à l’issue du week-end, deux points devant Bordeaux et cinq longueurs devant… le PSG. Lutte pour le titre jusqu’au bout ? Il est encore trop tôt pour se prononcer. Mais même s’ils ont connu une seconde période plus difficile, les qualités et l’efficacité démontrées dans le premier acte face aux Verts doivent pousser à l’optimisme sur la Canebière. En une demi-heure, les Olympiens ont réalisé une démonstration du petit Bielsa illustré. Comme un catalogue des valeurs de jeu prônées par le technicien argentin.

Marseille possède les défauts de ses qualités

Les fausses pistes à coups d’appels et de contre-appels ? Check. Une merveille du genre de Payet permettait à Imbula de voir son gros travail récompensé par l’ouverture du score (1-0, 7e), avant un autre bijou de Gignac qui libérait l’espace pour une frappe de Payet (12e). La prise à la gorge de l’adversaire dès l’entame du match ? Check. Le but d’Imbula, le quatrième dans le premier quart d’heure pour l’OM cette saison, la récompensait une nouvelle fois. Les efforts défensifs sans compter son énergie et le pressing permanent ? Check. Il suffisait de voir Ayew se battre comme un lion et mettre Clerc sous pression, obligeant le défenseur stéphanois à une erreur qui laissait le Ghanéen offrir une balle de but à Payet (2-0, 28e).

On s’imaginait alors la rencontre pliée et la possibilité d’un gros bouillon pour les Verts bien réelle. Que nenni. Car cet OM possède aussi les défauts de ses qualités. Dès qu’il baisse d’intensité sur le plan physique, la fébrilité se ressent, l’organisation de jeu s’étiole. Et l’adversaire reprend pied peu à peu. La seconde période en sera une longue démonstration. Brison faisait même frissonner un Vélodrome (2-1, 53e) qui pourra finalement se vider heureux. Sous pression, la défense phocéenne tenait la baraque. Marseille a encore des imperfections à corriger. Beaucoup. Mais l’OM de Bielsa continue d’avancer. De faire grimper son compteur points avec une sixième victoire de suite en L1. Pour la confiance et la sérénité, ça aide toujours.

Alexandre Herbinet