RMC Sport

Le Stade de France ne devrait pas être rénové avant les JO 2024

Stade de France

Stade de France - AFP

Faute d’accord de prolongation avec l’Etat, le consortium de gestion du Stade de France ne devrait pas faire de travaux avant la fin des JO 2024, révèle le JDD ce dimanche. Inaugurée en janvier 1998, l’enceinte dionysienne ne sera donc pas rénovée avant la réception des Jeux.

Le Stade de France va rester dans son jus. Du moins, l’enceinte multifonctionnelle de Saint-Denis ne devrait pas être rénovée avant l’horizon 2025, comme l’assure Le Journal du Dimanche. La raison? Un accord qui serait impossible à trouver entre le consortium Vinci-Bouygues et l’Etat pour une prolongation de la concession du stade qui s’achève en 2025.

L'Etat a refusé d'arbitrer

L’Etat, qui refuserait de se livrer précocement sur ce sujet, aurait fait le choix d'attendre la fin du contrat de concession avant de la réattribuer. Par conséquent, toutes décisions de travaux sont donc reportées après les JO 2024 qui n’auront droit, pas plus que la Coupe du monde de rugby 2023, à un stade rafraîchi, comme c’était d’abord envisagé en vue de ces deux événements à résonance mondiale. Malgré un projet présenté, le groupe Vinci ne se chargera donc pas de mettre l’enceinte au goût du jour, notamment en matière d’hospitalité ou de digitalisation, comme c’est déjà le cas dans les stades les plus modernes du monde.

L'e-sport pour patienter

Au final, l’incitation du Conseil d’Etat et de son premier président Didier Migaud n’y aura rien changé. L’institution avait pourtant pointé les risques "d’un défaut de prévoyance" qui pourrait "entraîner l’Etat à accepter en 2025 des conditions désavantageuses". Sa recommandation de trancher en 2019 n’aura donc pas été entendue par les décideurs publics.

En attendant d’évoquer cette situation avec les différentes fédérations sportives qui séjournent au Stade France (FFF, FFR…), le prochain défi passe par l’e-sport. Récemment, le consortium Stade de France a signé un accord avec la franchise tricolore de gaming, Vitality. Ce dernier, premier club résident de l’histoire d'une enceinte inaugurée en janvier 1998, jouit d’un centre d’entraînement. Quant au Stade de France, il aspire à devenir l’une des plus grandes places fortes d’e-sport en Europe. En attendant de connaître son sort en 2025.

dossier :

Paris 2024

PL