RMC Sport

Les voix de la discorde

-

- - -

L’assemblée extraordinaire de la Fédération, qui se déroule ce samedi à Paris, est la dernière ligne droite de la réforme de la gouvernance du football français. Principal enjeu : la répartition des voix entre Pros et amateurs qui est loin de faire l’unanimité entre les deux camps.

Pour
Jean-Pierre Louvel : « Le vote sera plus démocratique »
Président de l’Union des clubs professionnels français

« Cette réforme va donner plus de démocratie au niveau de l’élection. Elle va surtout dégager un projet ce qui n’existe pas aujourd’hui. Samedi, il va y avoir des listes avec un projet, un homme et une équipe. Le vote sera beaucoup plus démocratique. Cela va permettre de choisir en toute connaissance de cause. Professionnalisation, cela ne veut pas dire occupation par le monde professionnalisme. Mais la professionnalisation est indispensable pour une Fédération qui représente 200M€ de chiffre d’affaire et plus de 200 salariés. Gérer un tel outil nécessite des méthodes de travail et des façons de faire différentes de ce qui a été mis en place jusqu’ici. Moi je déplore que depuis plusieurs années, à la Fédération, il n’y a pas un vrai projet et une vraie ligne de conduite que ce soit sur le plan social, de l’image ou sportif qui est le cœur du métier. »

Contre
Bernard Herbert : « C’est anti-statutaire »
Président de l’association nationale des présidents de districts

« Pour moi, le vote de la loi cadre du 18 décembre est anti-statutaire. Je vois plutôt ça comme une consultation ou un référendum sur un projet de gouvernance. En tout cas, je ne voterais pas l’article de la répartition des voix. Je n’arrive pas à m’expliquer pour les Pros ont réclamé 37 % des voix. Je n’ai jamais eu de réponse à cette question. On a évoqué le pouvoir économique. A échéance, ces 37% peut aussi leur accorder une minorité de blocage. Bref, il y a un problème. En fait, dans les négociations, je crois que l’on a fait un échange : donne moi des voix, je te donne de l’argent. Ce qui est extrêmement gênant. Dans ce cas-là, je préfère que l’on reste à la répartition actuelle : 75-25. En tout cas, la loi cadre n’est pas menacée car il n’y a qu’un seul article qui risque de ne pas passer. »

Le titre de l'encadré ici

Réforme mode d’emploi|||

Après le fiasco de Knysna lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud, des Etats généraux du football français se sont tenus en octobre 2010, à l’initiative de l’Elysée afin réformer la gouvernance de la Fédération française de football. Cette réforme comporte quatre grands axes :

- La mise en place de la nouvelle organisation des instances fédérales avec le remplacement du Conseil fédéral par un comité exécutif plus resserré.

- La composition et les modalités d’élection du comité directeur. Un scrutin de liste sera adopté.

- Une nouvelle répartition des voix entre les représentants des Pros et des amateurs. C’est le principal point d’achoppement entre Pros et amateurs.

- La pérennisation du soutien financier du football professionnel au football amateur. A une hauteur minimum garantie de 14,2 M€ à partir de la saison 2012-2013.

J.R.