RMC Sport

Libye : le foot victime du chaos

Mouammar Kadhafi

Mouammar Kadhafi - -

Souvent instrumentalisé par le pouvoir en place, désormais pris dans la guerre civile qui ensanglante le pays depuis plusieurs jours, le sport le plus populaire en Libye pourrait perdre l’organisation de la CAN des moins de 20 ans, prévue le mois prochain. Avant celle de la CAN 2013 ?

Certes, à l’heure où la Libye est en proie à des affrontements meurtriers, s’inquiéter de la situation du football local peut paraître dérisoire. Sauf que le pays, toujours dirigé d’une poigne de fer par le colonel Mouammar Kadhafi, est en passe d’accueillir dans les prochains mois les deux compétitions continentales majeures : la CAN des moins de 20 ans, prévue dans moins de trois semaines, du 18 mars au 1er avril, et la « vraie » CAN, programmée en 2013.

Si pour cette dernière, l’échéance est suffisamment lointaine pour ne pas remettre le projet en question, pour la CAN des moins de 20 ans en revanche, l’urgence est absolue. D’autant que Tripoli et Bengazi, en plein chaos, sont les deux villes censées accueillir l’événement. A la Confédération africaine de football, qui tient actuellement son Assemblée générale à Khartoum, au Soudan, on n’a pas encore tranché. Le sujet a été abordé, mais de source proche de l’institution, aucune décision n’a été arrêtée, même si l’hypothèse d’une délocalisation semble de plus en plus plausible.

Difficile de glaner des informations sur place. Le téléphone fonctionne très mal, et Internet est bloqué depuis plusieurs jours déjà. Agent de Sapol Mani, international togolais d’Al-Ittihad, le principal club libyen (dirigé par la famille Kadhafi), Komlan Orobiyi ne cache pas son inquiétude. « C’est très compliqué d’avoir des nouvelles, confie-t-il à RMC Sport. La dernière fois que je l’ai eu au bout du fil, c’était mardi soir. Il m’a dit que les derniers jours avaient été très difficiles, mais que le calme semblait revenir à Tripoli. Tout ce que je sais, c’est qu’il essaye de prendre le premier avion pour rentrer à Lomé. Sa mère est avec lui en vacances, elle s’inquiète. Mais il n’y a plus de vols commerciaux pour le moment… »

Kadhafi transforme la CAN 1982 en tribune politique

Depuis l’arrivée de Kadhafi au pouvoir il y a 41 ans, le football, sport n°1 en Libye, a souvent été le jouet politique du « leader de la révolution ». En 1982, le pays organisait la première CAN de son histoire sur fond de tensions diplomatiques. Lors de son discours d’ouverture, l’un des chefs d’Etat les plus contestés de la planète avait notamment voué la France et les Etats-Unis aux gémonies. Avant de se servir de l’événement pour promouvoir ouvertement son « livre vert », équivalent libyen du livre rouge de Mao, et mettre en avant ses projets d’union arabe et africaine. Dans une ambiance nationaliste à souhait, et à la surprise générale, les Libyens avaient atteint la finale du tournoi.

Via les énormes richesses pétrolières du pays, le football a également joué un rôle non négligeable dans les relations entre la Libye et l’Italie. La Supercoupe transalpine s’est déroulée deux fois à Tripoli dans les années 2000. L’un des fils de Kadhafi, Al-Saadi, a tenté dans la péninsule, à Pérouse notamment, une carrière de footballeur professionnel rapidement avortée suite à un contrôle antidopage positif en 2003. Personnalité très controversée (lire le témoignage de Patrick Mboma), il fut également actionnaire de la Juventus de Turin. En 2004, sous son insistance, le pays s’était porté candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2010, avant de renoncer. Les CAN 2011 et 2013 devaient marquer le renouveau du foot libyen ; rien n’est moins sûr désormais.

JFP