RMC Sport

Anelka raconte son calvaire au Real Madrid

Dans le documentaire "Anelka l’incompris" sur Netflix, Nicolas Anelka a évoqué son passage raté au Real Madrid (1999-2000). Entre hostilité du vestiaire madrilène et vedettariat, l’ancien attaquant du PSG a détesté son séjour à la maison blanche.

Si son deuxième passage au PSG est occulté et les contradicteurs rares, le documentaire "Anelka l’incompris" sur Netflix livre quelques passages instructifs sur la carrière de l’ancien joueur d’Arsenal. L’affaire de Knysna, celle de la quenelle ou encore son passage manqué au Real Madrid, Nicolas Anelka donne ses versions. Révélé à Paris, l’originaire de Trappes avait ensuite explosé à Arsenal (1997-1999), au point donc d’attirer l’attention du Real qui avait déboursé une somme forte pour l’époque, 34 millions d’euros, pour le recruter en 1999. Ce qui devait être une apogée à seulement 20 ans a tourné en véritable galère. "Madrid c’était la folie. Beaucoup de presse, de supporters. J’ai compris ce que c’était d’être une star quand je suis arrivé au Real Madrid. Et j’ai détesté", confie l’ancien international français.

L’hostilité du vestiaire madrilène

Avec une anecdote qui en dit beaucoup sur les statuts à respecter dans le vestiaire madrilène et même une certaine hostilité à son égard: "Quand j’ai terminé ma conférence de presse, j’arrive au vestiaire. J’arrive en premier, je m’assois. A chaque fois qu’il y avait un joueur qui arrivait, il me déplaçait parce qu’il me disait ‘ça c’est ma place’. Un autre arrivait ensuite… peut-être vingt comme ça. Je me suis dit ‘qu’est-ce que je fais là? Ça va être hostile, ça va être chaud’. Ce que j’ai vécu là, c’était le début d’un cauchemar."

Mais son échec, tout de même ponctué d’une Ligue des champions remportée avec notamment deux buts décisifs en demi-finales face au Bayern Munich, Anelka admet en être en partie responsable: "Quand tu arrives au Real, on te demande beaucoup. On te demande de t’ouvrir. Moi j’étais pas ouvert. Ç’a été un handicap qui a pesé gros dans la balance. J’étais pas pratiquement admis dans l’équipe, sur le terrain j’étais très, très moyen, je n’avais pas la presse avec moi. J’ai fait très peu au Real Madrid. J’aurais voulu faire beaucoup plus, mais je n’ai pas eu cette chance-là. Je n’ai pas été bon non plus."

MI