RMC Sport

Barça-Real: le "pasillo", histoire d’une tradition qui fait polémique

Le "pasillo" du Barça en 2008

Le "pasillo" du Barça en 2008 - AFP

Assuré du titre depuis le week-end dernier, le FC Barcelone ne recevra pas pour autant de la part du Real Madrid, dimanche au Camp Nou lors du Clasico, le désormais traditionnel hommage réservé au champion sous forme de "pasillo" (haie d’honneur à l’entrée des joueurs). Pour Zidane, c’est le Barça lui-même qui a provoqué cette entorse à la tradition. Sur fond de polémique, explication de cette coutume espagnole du "pasillo".

La polémique

En Espagne, depuis près de cinquante ans, la coutume veut que le champion reçoive l’hommage de son adversaire le match suivant la conquête du titre, et uniquement le match suivant. Sous quelle forme? Celle d’une haie d’honneur ("pasillo" en espagnol) à l’entrée des joueurs sur le terrain. Mais dimanche, au Camp Nou, les joueurs du Real Madrid ne feront pas le "pasillo" au Barça, assuré du titre de champion d’Espagne depuis sa victoire à La Corogne le week-end dernier (2-4). Une grande première dans l’histoire de la Liga qui fait d’autant plus polémique qu’elle implique les deux plus grands rivaux du foot espagnol.

Du côté du Real, on justifie cette attitude en retournant le problème et en affirmant que c’est le FC Barcelone qui a provoqué cette situation. "Ils (les joueurs du Barça, ndlr) n’ont pas fait la haie d’honneur, donc on ne va pas la faire non plus", a lancé Zidane, le coach madrilène, à la veille de ce Clasico sans enjeu. De quoi parle l’ancien n°10 des Bleus? Du double oubli des Barcelonais ces derniers mois. En août dernier, après la victoire du Real lors de la Supercoupe d’Europe face à Manchester United (2-1), le Real avait demandé un "pasillo" au Barça avant le début de la Supercoupe d’Espagne entre les deux clubs. Le club catalan ne l’avait pas effectué.

Rebelote en décembre dernier après la conquête du titre de champion du monde des clubs par le Real Madrid. Au match suivant, lors du Clasico de la phase aller du championnat (comme par hasard…), les Madrilènes s’attendaient à un "pasillo" de Messi & co. Là encore, pas d’hommage des Barcelonais, qui se justifiaient alors en expliquant qu’ils n’avaient pas participé à ce championnat du monde des clubs. Tout comme ils n’avaient pas pris part quelques mois plus tôt à la Supercoupe d’Espagne… Conclusion tranchée de Zizou en avril dernier: "le Barça a cassé cette tradition".

D’où vient ce fameux "pasillo"?

Désormais bien installée dans les habitudes de l’autre côté des Pyrénées, cette tradition du "pasillo" est née en 1970. Cette année-là, l’Atlético de Madrid décroche le titre à l’issue de la dernière journée avec un petit point d’avance sur l’Athletic Bilbao. Juste après, les deux formations se retrouvent en huitièmes de finale de la Coupe d’Espagne (à cette époque, la Coupe se disputait après la clôture du Championnat) et le club basque décide de mettre le fair-play à l’honneur en saluant le nouveau champion d’Espagne par un "pasillo". L’événement se déroule le 17 mai 1970 au stade Vicente Calderon et se répètera désormais immuablement chaque année.

La tradition est désormais tellement bien ancrée dans l’histoire du foot espagnol qu’elle se répète même parfois en dehors des titres de champion d’Espagne. Ainsi, la semaine dernière, les joueurs de La Corogne ont-ils effectué un "pasillo" au FC Barcelone pour saluer la victoire du Barça en finale de la Coupe du Roi quelques jours auparavant.

Déjà des tensions par le passé

Ce dimanche 6 mai aurait dû marquer le premier "pasillo" à l’extérieur du Real pour saluer le titre du rival barcelonais devant son public du Camp Nou. Les trois précédents "Clasico-pasillo" avaient en effet offert trois autres scénarii: en 1988, "pasillo" du Barça au Camp Nou pour rendre hommage au titre du Real; trois ans plus tard, en 1991, "pasillo" du Real devant son public du Bernabeu pour honorer le titre du rival catalan; enfin, le 7 mai 2008, au Bernabeu, "pasillo" du Barça de Messi, Henry, Abidal pour féliciter le Real de Raul.

Et si les véritables origines du malaise de 2018 venaient de ce dernier "pasillo" de 2008? Dans un climat extrêmement tendu, les joueurs barcelonais avaient en effet été accueillis par des chants hostiles et des insultes qui ont marqué les esprits catalans. A tel point que la pilule n’a toujours pas été avalée dix ans après? Peut-être. Par conséquent, l’attitude du Barça cette saison les des deux précédents "pasillo" potentiels pourrait s’expliquer.

Quoi qu’il en soit, dans le cadre strict de la Liga, ce refus de "pasillo" du Real sera une grande première dimanche soir. Peur d’être à leur tour hués et insultés dans l’antre de l’ennemi honni? Sensation de s’abaisser et de faire allégeance à l’adversaire n°1? Il y a sans doute un peu de tout ça dans l’attitude polémique et belliqueuse de Sergio Ramos et de ses coéquipiers, soutenus par leur entraîneur. Reste que ce sont le fair-play et une certaine idée des rapports entre gentlemen qui vont en prendre un sérieux coup dimanche soir vers 20h40 au Camp Nou…

A voir aussi >> Real ou Barça, quel futur maillot préférez-vous?

Jean-Moïse Dubourg