RMC Sport

Espagne: Drenthe fait son retour en 3e division... en surpoids

Ancienne pépite du football néerlandais, Royston Drenthe effectue son retour en Espagne en troisième division, lui qui avait été débauché en 2007 par le Real Madrid. A 33 ans, connu pour ses frasques extra-sportives, il est semble-t-il loin de son poids de forme.

Les suiveurs attentifs de la Liga espagnole s’en souviennent probablement encore. Gros flop au Real Madrid, qu’il avait rejoint en 2007 affublé du statut de pépite dans son pays, le latéral néerlandais Royston Drenthe a depuis connu une carrière chaotique, qui est en train de s’étirer jusqu’en troisième division espagnole, où il a signé mercredi pour le Racing Murcia, quatorzième club de sa carrière.

Désormais âgé de 33 ans, celui qui a évolué en tant que latéral, ailier voire milieu relayeur, est de retour en Espagne sans ses fameuses dreadlocks, mais avec plusieurs kilos en trop, comme en atteste la vidéo publiée par Marca de son premier entraînement avec son nouveau club. Il avait notamment pris sa retraite sportive en 2017, à seulement 29 ans et pour se consacrer au rap, avant d’en sortir un an plus tard.

"J’ai toujours beaucoup mangé, mes tantes cuisinent très bien"

"Je dois y aller doucement. Je ne suis pas encore prêt à jouer, je pense que je dois perdre 3 kilos, assure-t-il au programme El Partidazo des radios espagnoles COPE et Marca. À partir de lundi, je vais faire un régime. J'ai toujours beaucoup mangé, mes tantes cuisinent très bien et bien sûr..."

Avec le Real Madrid, avec qui l’ancien espoir néerlandais (1 sélection chez les A) avait joué 65 matchs et marqué 4 buts, Drenthe avait remporté la Liga et la Supercoupe d’Espagne en 2008. Il avait rejoint la capitale espagnole en provenance de Feyenoord pour 14 millions d’euros. Depuis, celui-ci a évolué dans cinq pays différents (Hércules, Everton, Alania Vladikavkaz, Reading, Sheffield Wednesday, Kayseri Erciyesspor, Baniyas, Sparta Rotterdam et Kozakken Boys). Faisant souvent davantage parler de lui pour ses écarts extra-sportifs (fêtes, faillite, alcool...), que pour ses performances sur les pelouses.

Romain DAVEAU